Un groupe MUN (Model United Nations), formé par des élèves tunisiens de 15 à 18 ans, mène un travail laborieux qui les initie à la diplomatie, aux ficelles liées à la maîtrise des relations internationales et aux pourparlers autour de la paix entre les représentants officiels et les institutions internationales, à commencer par les ambassadeurs en Tunisie. 

Un noyau d’élèves actif depuis septembre 2021, appartenant au lycée Louis Pasteur, mobilise de nombreux participants dans le cadre de simulations Model United Nations (MUN).  Les élèves, à l’origine de ces mêmes simulations, sont invités à incarner différents types de rôles : à être des représentants de différents pays, de présidents / vice-présidents de commissions, des journalistes, des huissiers en charge de l’organisation, ou représentants d’ONG. Autant de rôles variés qui leur permettent d’enrichir leur savoir et d’interagir davantage comme dans un jeu de rôles. 5 ou 6 simulations ont eu lieu réunissant 80 à 100 personnes et  maintenues dans l’enceinte de leur établissement. 

En pratique 

Afin de mieux entretenir ces simulations, les élèves ont puisé, cette fois-ci, dans l’actualité qui traite du conflit russo-ukrainien : ils ont pris contact avec les deux ambassades ukrainiennes et russes, en Tunisie, et sont parvenus à décrocher deux entretiens avec chacun des deux ambassadeurs. Sept élèves ont pu arranger ces deux rencontres : quatre élèves se sont rendus à l’ambassade d’Ukraine afin de rencontrer Son Excellence M. l’ambassadeur d’Ukraine, Volodymyr Khomanets, et 3 autres se sont entretenus avec Son Excellence M. l’ambassadeur de Russie, Aleksandre Zolotov.

Les deux entretiens ont eu lieu en anglais et se sont davantage centrés sur les questions qui reviennent souvent dans l’opinion publique et dans les médias, y compris celles à caractère historique communes à ces deux nations. 

Ces deux entretiens spéciaux étaient ponctués d’arguments et ont mis en valeur la pertinence des interventions de ces élèves, leur maîtrise des sujets évoqués dans leur globalité, les recherches effectuées et leur maîtrise d’au moins 4 langues. En tant qu’interviewers et toujours dans le cadre de cet exercice, ces mêmes élèves tunisiens ont déniché l’information à la source chez les ambassadeurs et tiennent à en faire bon usage dans de prochaines simulations. 

Aux sources des simulations MUN 

Les simulations exercées par ces élèves tunisiens sont plus fréquentes chez les étudiants dans les facultés et moins pratiquées dans les établissements secondaires en Tunisie ou même à l’étranger. Ces jeunes organisateurs ont été initiés au management, à la logistique, à la communication, à la gestion de budget et à de nombreuses compétences édifiantes à travers cet exercice. Le fait de voir le travail de cette jeunesse se concrétiser sur terrain est prometteur et valorise leur engagement.

«Tout bon projet commence à partir d’une idée bien pensée », a déclaré Ayoub Nedhif, élève MUN en secondaire au lycée Louis Pasteur. «Ce qui est passionnant dans ce projet, c’est le manque de théorie ! Le concret, la réalité, être sur terrain, c’est le plus important», poursuit Ayoub Nedhif. Ses camarades du même groupe, Myriam Sallemi et Myriam Kilani, rappellent l’impact positif de cette activité sur leur évolution et leur savoir. Zeineb Abid, une 4e élève participante, est passionnée de littérature russe. Cette culture lui a été d’une grande utilité lors de sa rencontre tenue à l’ambassade russe. Il s’agit aussi pour ce groupe d’un moyen de sortir de ce cadre qu’est le lycée et de prévaloir cette démarche.

Arranger prochainement des rencontres et des entretiens avec d’autres ambassadeurs n’est pas à exclure. Une étape qui s’inscrit dans la continuité du travail déjà entamé. En guise de récompense, un voyage collectif d’élèves à New York et Washington est prévu afin de visiter les sièges des plus grandes institutions, en particulier celle de l’ONU. Il y a différentes organisations à travers le monde qui font des simulations, et l’idéal serait d’envoyer des élèves capables d’intégrer les sphères du pouvoir dans quelques années. D’autres objectifs sont à envisager, idéalement si ces mêmes élèves parviennent à avoir les financements nécessaires afin d’élargir leurs activités.

Pour les étudiants et les jeunes du monde entier, il est utile de rappeler que les simulations des Nations unies ont pour but de former les participants aux négociations internationales. Dans un sens plus large, ces simulations visent à promouvoir les droits humains et les compétences en communication et en relations internationales et à inculquer les fondements de la diplomatie. Dans le cadre des Modélisations des Nations unies, les étudiants  participants doivent, entre autres, faire des recherches sur les pays, les débats et les problèmes internationaux pour tenter de trouver des solutions aux problèmes mondiaux.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire