Un «soulèvement virtuel», un lynchage massif, c’est ce qu’on peut qualifier l’attitude révoltée des supporters de l’EST envers Badrane. Sur les réseaux sociaux, Badrane est à lui seul responsable de l’élimination de son équipe face à l’ESSétif. On va même plus loin du côté de certains supporters fanatiques qui accusent Badrane d’avoir commis une erreur de relance exprès. Tout ça est du n’importe quoi ! Le plus dur à comprendre, c’est ce que certains «experts» et ex-internationaux censés jouer au plus haut niveau, nous ont matraqués avec des explications détaillées et lassantes de la bourde de Badrane comme si c’était la seule explication à ce but de Djabou. Sur ce mouvement, Badrane a perdu la balle face à Ben Ayed, mais on a remarqué que le joueur algérien a temporisé et a eu l’intelligence de donner une passe entre Badrane et Ben Romdhane, cassant même le hors-jeu (mauvais alignement de Tougaï). Le reste, c’est l’art de dribbler dans une position décalée de Djabou où un autre joueur aurait pu traîner ou trop aller à gauche. Sur ce but donc, faire porter le chapeau à Badrane seulement est un faux jugement. Et imputer l’élimination à ce but est également une lecture superficielle. On a vu à l’aller comment l’EST a raté une victoire facile. Tout cela pour dire aussi que la malchance, le manque de métier face au but (pas seulement les attaquants), la distraction et la prétention (l’EST a été de loin plus forte que Sétif, mais il fallait respecter plus l’adversaire) y sont pour beaucoup dans ce revers. Le plus fort ne gagne pas toujours, telles sont parfois la cruauté et l’irrationalité du football. Il faudra chercher plus profond en parlant des recrutements moyens, de la petite qualité des attaquants, de la saturation de certains cadres et aussi de l’attitude vaniteuse de Radhi Jaïdi qui, depuis son arrivée, a multiplié les déclaration ratées. C’est comme si Jaïdi n’a jamais vécu en Tunisie et n’a jamais joué dans le championnat tunisien ! Peut-être aussi que la petite concurrence dans notre championnat et l’état du CA, du CSS et de l’ESS depuis des saisons ont fait du mal indirectement à cette EST qui domine un championnat très faible. En tout cas, Badrane ne peut être une victime expiatoire à cette pénible élimination en Ligue des champions, ce serait une injustice.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire