Après la conclusion du pacte de croissance et de compétitivité entre la Fédération tunisienne du textile et de l’habillement (Ftth) et le gouvernement, voilà le secteur du textile tunisien — qui a été considéré pour longtemps le fleuron de l’économie nationale — fait un nouveau pas avant-gardiste, devançant les autres secteurs d’activités en s’orientant, cette fois-ci, vers un modèle écologique et durable. C’est, de facto, un saut qualitatif que les protagonistes de cette industrie sont en train de réaliser. La cause environnementale est désormais une obligation, notamment d’ordre commercial et non plus un choix éthique. Ainsi, la Ftth s’est lancée dans ce processus de transformation. Le défi étant de pousser toutes les entreprises tunisiennes du textile, notamment les fournisseurs, à adhérer à ce projet et hisser la qualité du « Made in Tunisia » de manière à la rendre conforme aux exigences du marché mondial.

Le textile continue à attiser le feu
A cet effet, la Fédération du secteur relevant de l’Utica a récemment organisé, en partenariat avec le Centre Technique du Textile Cettex, et le cabinet international d’expertise (AS international), la Sustainable Apparel Coalition (SAC), un atelier de sensibilisation et de promotion sous le thème « Tunisia Sustainable Fashion », au siège du syndicat patronal, où il était question de présenter l’outil de mesure de l’impact environnemental adopté dans le secteur, le processus de sa mise en place ainsi que les méthodes de son suivi. Durant l’événement, les industriels textiles tunisiens se sont, également, informés de la stratégie et des objectifs de performance environnementale fixés par la Ftth pour les prochaines années.
Amorçant son allocution d’ouverture avec une note positive et encourageante, le président de la Ftth Hosni Boufaden a déclaré que la relance du secteur s’affirme pour la troisième année consécutive malgré moult difficultés auxquelles l’industrie textile est confrontée. En effet, Boufaden a annoncé que les 5 premiers mois de l’année 2019 ont permis de rattraper le retard accusé ces dernières années en enregistrant une hausse du volume des exportations, pour la troisième année consécutive, à hauteur de 3,4% en euro. « L’année 2018 a été remarquable, compte tenu de l’augmentation de plus de 17% accusée au niveau des exportations qui a suivi l’accroissement enregistré en 2017 et qui s’élève à plus de 16% », a souligné le président de la Ftth.

Muter vers l’écologique
S’exprimant sur la responsabilité écologique des entreprises tunisiennes du textile, Boufaden a affirmé que la transformation vers une industrie écologique et durable n’est plus un choix, mais plutôt une exigence d’ordre mondial. « Aujourd’hui le produit textile ne séduit plus exclusivement par son prix. Le consommateur est devenu de plus en plus sensible aux conditions de production des articles qu’il achète », a-t-il déclaré. Mettant l’accent sur le comportement écologique de l’actuel consommateur, le président de la Ftth a fait savoir que l’impact environnemental ainsi que les conditions de la production font désormais partie intégrante des critères de choix au même titre que le prix. A cet égard, tout en définissant la SAC (Sustainable Apparel Coalition) (en français : La coalition pour un habillement durable), le président de la fédération du textile a exhorté les industriels tunisiens à adhérer au projet lancé par cette coalition qui plaide en faveur de la réduction de l’impact écologique et social de la fabrication des vêtements.
« La SAC a élaboré un indice baptisé « Higg Index » qui est un outil standardisé de mesure de la performance environnementale des produits textiles et qui permet de noter les usines des fabricants et des sous-traitants, en fonction de leurs performances en termes de développement durable. Après avoir créé une base de données de l’ensemble des industriels textiles répartis sur les quatre coins de la planète inscrits dans ce projet, la coalition compte créer un label qui indiquera au consommateur le degré de développement durable du vêtement qu’il achète. Par ailleurs, les marques pourront ainsi choisir en toute connaissance de cause les fabricants en fonction du degré d’impact environnemental et social engendré », a expliqué Boufaden au sujet de l’indicateur environnemental FEM.

Pour une meilleure valorisation des déchets postindustriels

En marge de l’atelier « Tunisia Sustainable Fashion », le président de la Ftth Hosni Boufadden a annoncé le lancement du nouveau projet pour le développement de modèles d’affaires. Etant un concept d’économie circulaire qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative SwitchMed élaboré par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) en faveur de l’industrie de la mode et du textile pour les pays de la Méditerranée. Le noyau du projet étant la valorisation des déchets post-industriels et la création d’une chaîne de valeur locale pour le recyclage moderne et organisé. Il a, en outre, souligné que le projet encouragera la dissémination de protocoles chimiques plus sûrs afin d’accroître les possibilités de recyclage des déchets en Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire