Considéré comme le chef-d’œuvre de ce réalisateur qui a donné au cinéma grec une stature internationale, «Le voyage des comédiens» (1975, Grèce, 230’) inaugurera ce cycle.

La Cinémathèque tunisienne organise, du 11 au 19 mai 2022, une rétrospective de l’œuvre du réalisateur grec Théo Angelopoulos.

Né le 17 avril 1935 à Athènes et mort au Pirée le 24 janvier 2012, Théo Angelopoulos a étudié le cinéma à l’Idhec (Paris), et a travaillé comme critique de cinéma à Athènes de 1964 à 1967 avant de se tourner vers la réalisation.

Depuis les années 70, c’est l’un des plus importants réalisateurs européens de cinéma d’auteur. Ses œuvres traitent toujours de thèmes historiques et existentiels. Il y associe magistralement divers niveaux temporels.

Il obtient la Palme d’Or à Cannes en 1998 pour son film «L’éternité et un jour».

La Cinémathèque propose de faire (re)découvrir au public l’œuvre du réalisateur à travers une sélection de longs-métrages donnant à voir l’évolution de sa cinématographie.

Considéré comme le chef-d’œuvre de ce réalisateur qui a donné au cinéma grec une stature internationale, «Le voyage des comédiens» (1975, Grèce, 230’) inaugurera ce cycle, aujourd’hui, mercredi 11 mai 2022.

De 1939 à 1952, une troupe de comédiens itinérante présente un spectacle de village en village à travers la Grèce, une pièce gentillette et fanée, «Golfo la bergère». Lorsque la guerre éclate, le pays tombe sous le joug de l’occupation et la pâle comédie vire à la tragédie…

En fournissant à la censure un faux scénario, Theo Angelopoulos est parvenu à tourner l’essentiel du film (entièrement tourné en plans-séquences) sous la dictature des colonels. Après la chute du régime, le gouvernement grec de l’époque refusera de laisser le film concourir en compétition officielle au Festival de Cannes.

En avril 1985, l’Union panhellénique des critiques de cinéma le désigne quatrième meilleur film grec de l’histoire.

Au programme, également et entre autres, «Les chasseurs»  (1977, 168’). «Au cours d’une partie de chasse dans le nord de la Grèce, un groupe de bourgeois découvre, enfoui sous la neige, le cadavre d’un maquisard de l’époque de la guerre civile», révèle le synopsis.

Considéré comme un succès commercial en Grèce (105.000 entrées en première exclusivité), pourtant le réalisateur s’est vu refuser son financement par le gouvernement conservateur via le Centre du cinéma grec. Theo Angelopoulos s’est vu contraint de chercher ses financements ailleurs, auprès des télévisions allemandes et françaises, inaugurant ainsi la pratique de la coproduction européenne pour le cinéma grec. Cela lui a donné, également, une notoriété internationale.

La rétrospective sera clôturée par «Le pas suspendu de la cigogne» (1991, 143’) avec Jeanne Moreau et Marcello Mastroianni.

Dans une ville du nord de la Grèce, des réfugiés de diverses nationalités attendent de pouvoir traverser le fleuve qui sert de frontière. Alexandre, un jeune journaliste de télévision, croit reconnaître parmi eux un ancien homme politique disparu mystérieusement dix années plus tôt. Quittant la tension toujours plus vive entre les réfugiés, il revient à Athènes et enquête sur le politicien. Il rencontre ainsi son ancienne épouse, qui veut oublier et assure que son mari est mort. Alexander parvient à la convaincre de l’accompagner jusqu’à la frontière.

Une programmation incontournable et des œuvres cinématographiques à (re)découvrir !

Programme de la Rétrospective Théo Angelopoulos

Mercredi 11 mai 2022

17h30 : «Le Voyage des Comédiens», 1975, Grèce, 230’

Jeudi 12 mai 2022

17h30 : «Alexandre Le Grand», 1980, Grèce, 210’

Vendredi 13 mai 2022

16h00 : «Paysage dans le Brouillard», 1988, Grèce, 127’

18h30 : «Les Chasseurs», 1977, Grèce, 168’

Samedi 14 mai 2022

15h00 : «L’Apiculteur», 1986, Grèce, 122’

17h30 : «Le voyage des comédiens», 1975, Grèce, 230’

Mardi 17 mai 2022

18h00 : «La terre qui pleure», 2004, Grèce, 185’

Mercredi 18 mai 2022

18h30 : «Voyage à Cythère», 1984, Grèce, 138’

Jeudi 19 mai 2022

18h00 : «Le pas suspendu de la Cigogne», 1991, Grèce, 143’

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire