La résilience ou l’art de rebondir. C’est ce qui détermine la cuirasse d’une équipe, surtout après un coup dur.

Après l’ESS, et bien avant, le CSS et l’EST, le CA reçoit cet après-midi l’USM, solide dauphin du leader et adversaire redouté par tous. Pour le CA donc, il faut relancer la machine lors de la réception des Bleus. Difficile de savoir si les séquelles du classico pèsent encore (sûrement), mais il faut bien repartir, malgré tout, contre un adversaire solide comme un roc. Sur ce, quel baptême du feu pour Adel Sellimi, intronisé à la hâte en lieu et place de Montassar Louhichi ? Coach réputé pour son approche offensive du jeu, Adel Sellimi, ancienne gloire du CA et ex-adjoint de Mondher Kebaïer en sélection, tentera dès aujourd’hui de relancer la mécanique clubiste.

Homme de poigne sur le banc, il comptera aussi sur le fameux choc psychologique imputable au changement d’entraîneur pour secouer les siens et, surtout, renouer avec la victoire. Depuis le revers face à l’Etoile, le CA connaît en interne des turbulences. Et il va falloir se retrousser les manches aujourd’hui afin de conserver toutes ses chances pour revenir sur le podium.

Maintenant, au regard de la situation du CA sur la pelouse, comme entrevu ces derniers jours, la mission  s’avère compliquée, mais le sursaut n’est pas à écarter, en attendant le verdict du terrain.

S’accrocher et ne pas perdre espoir

Quels éléments de réponse du CA aujourd’hui ? Sur le terrain, si l’organisation défensive est pour le moins défaillante depuis les derniers matchs du play-off, avec un Bedoui moins tranchant et un Ghazi Abderrazek peu véloce, le jeune Taoufik Cherifi a, quant à lui, constitué la bonne surprise du classico par son assurance, sa bonne conduite de balle et ses rushs offensifs.

Au milieu maintenant, en l’absence de la plaque tournante Ahmed Khélil, Ghandri, qui a avancé d’un cran récemment, n’a pas encore retrouvé toutes ses sensations au cœur du jeu. Et du même coup, une fébrilité grandissante s’est installée à la manœuvre avec un  jeu clubiste quelque peu stéréotypé.

Bref, le CA a des courants d’air au milieu et il va falloir colmater les brèches dès aujourd’hui face à un adversaire connu pour  sa percussion et sa vitesse d’exécution. Pour le CA, forcément, ça fait froid dans le dos, mais l’on n’ira pas jusqu’à dire que le mal est profond. Reste tout de même à impulser une dynamique et offrir un visage rassurant, celui d’une formation  sérieuse, révoltée, solidaire et surtout accrocheuse. Le CA sait qu’il a épuisé son capital tolérance aux yeux des fans, et que seule une implication de tous les instants lui permettra d’installer de nouveau l’accalmie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire