Les abonnés, qui consomment moins de 200 kWh (kilowattheures) par mois, ne sont pas concernés par le nouvel ajustement tarifaire.


Les répercussions de l’envolée des prix du gaz sur les marchés européens et la forte dévaluation du dinar par rapport au dollar ont commencé à se faire sentir, obligeant la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg) à procéder à un réajustement des tarifs de consommation de l’électricité et du gaz. En effet, il est quasiment impensable pour la Société de maintenir les mêmes tarifs, alors que le prix du gaz naturel, principal combustible de son parc de production à hauteur de 95% (le reste de la production est assuré par des centrales éoliennes et solaires), est en train de flamber sur les marchés internationaux. En Europe, le prix du gaz a été multiplié par quatre en à peine 6 mois. Le prix moyen du gaz était de 350 dollars la tep (tonne équivalent pétrole), actuellement le prix de la tep sur le marché spot frôle 1195 dollars.

«Cette hausse des prix à l’échelle internationale va forcément impacter l’activité de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz l’obligeant à réviser ses tarifs à la lumière de la tendance haussière des prix des hydrocarbures sur les marchés internationaux», souligne M. Sami Ben Hamida, directeur commercial à la Steg.

Une hausse de la facture qui coïncide avec la saison estivale

Il faut reconnaître que les abonnés appréhendent tout particulièrement cette dernière augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz et qui coïncide avec le début de la saison estivale au cours de laquelle le recours à la climatisation s’intensifie notamment pendant les journées de canicule. Cependant la facture de consommation de gaz et d’électricité n’augmentera pas pour tout le monde. En effet, la tarification demeurera inchangée pour les particuliers (ménages, les petits commerces…) dont la consommation en électricité est inférieure à 200 kWh par mois. Cette catégorie représente 85% de la totalité des clients électricité qui s’élève à (4.3 millions). Pour les 15% restants, l’ajustement tarifaire variera en fonction de la consommation, sachant que la société a opté pour un nouveau système de tarification, en passant du système de tarification progressif par paliers à la tarification qui tient compte du dernier palier atteint. A titre d’exemple, un abonné qui consomme 600 kWh en deux mois (soit 300 kWh par mois) et dont la facture s’élève à 148 dinars, payera désormais 167 dinars avec la nouvelle tarification soit un taux d’ajustement de 12,8%. Idem pour un autre client dont la consommation est de 500 kWh en deux mois (soit 250 kWh par mois) et qui a l’habitude de recevoir une facture sur relève (c’est la facture que reçoivent les abonnés tous les quatre mois) qui s’élève à 122 dinars. Il devra payer 141 dinars soit un taux d’ajustement de 15,5%.

La tarification demeurera aussi inchangée pour les particuliers (ménages, petits commerces…) dont la consommation en gaz est inférieure à 30 m3 (mètre cube) par mois, cette catégorie représente 67% des clients gaz. Pour les 33% restants, l’ajustement tarifaire variera en fonction de la consommation. A titre d’exemple, un abonné qui consomme 80 m3 en deux mois (soit 40 m3 par mois) et dont la facture s’élève à 34 dinars, payera désormais 37 dinars avec la nouvelle augmentation soit un taux d’ajustement de 7,5%. Idem pour un autre client dont la consommation est de 120 m3 en deux mois (soit 60 m3 par mois) et qui a l’habitude de recevoir une facture sur relève (c’est la facture que reçoivent les abonnés tous les quatre mois) qui s’élève à 50 dinars. Il devra payer 54 dinars soit un taux d’ajustement de 7,6%.

Cet ajustement tarifaire, effectif à partir du mois du 1er mai, concerne aussi les 23 clients raccordés au réseau haute tension de la Steg (cimenteries, industries extractives, industries chimiques…) ainsi que les 20 000 clients raccordés au réseau moyenne tension et parmi lesquels on compte les entreprises publiques, les administrations, les hôpitaux, les briqueteries, l’industrie de tourisme, l’industrie agroalimentaire, l’industrie électrique et mécanique… Pour ces derniers, la Steg a décidé d’y aller doucement pour ne pas impacter fortement le consommateur final. L’ajustement tarifaire sera échelonnée sur six mois, à raison d’une hausse de 2,5% chaque mois.

«Eu égard à la conjoncture internationale et à la situation de la Steg, l’ajustement tarifaire est un mal nécessaire. C’est ce qui va lui permettre de faire face à l’augmentation des prix du gaz à l’échelle mondiale et à la dévaluation du dinar par rapport au dollar, et ce, en vue d’assurer la continuité de la fourniture de l’électricité et du gaz à tous nos clients», conclut Le directeur commercial marketing de la société.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire