Le gouvernement semble faire écho aux propos de Gerry Rice, le porte-parole du FMI, qui lors d’un point de presse en ligne, a déclaré que «des actions décisives et la mise en œuvre de réformes ne doivent pas attendre la conclusion d’un programme avec le Fonds». Ainsi le Conseil ministériel tenu hier trace les contours de son programme de réformes et en dresse les lieux.


Il est à noter que Gerry Rice avait ajouté que «compte tenu de la situation économique désastreuse, des actions décisives et la mise en œuvre de réformes ne doivent pas attendre la fin des discussions ou la conclusion d’un programme avec le FMI».  «Nous suivons l’évolution de la situation politique et économique en Tunisie. Un programme de réforme interne tel que présenté par le gouvernement actuel devrait faire l’objet d’une plus forte appropriation et d’une plus grande crédibilité, pour avoir une plus grande chance de succès que par le passé», a-t-il souligné. Il est à rappeler le FMI avait indiqué, au terme de sa mission en Tunisie, qu’il considère qu’une «réduction du déficit budgétaire à travers une fiscalité équitable, une stricte maîtrise de la masse salariale, un meilleur ciblage des subventions, et une réforme profonde des entreprises publiques, est essentiel pour la résorption des déséquilibres macroéconomiques, ainsi que pour améliorer l’efficacité du secteur des entreprises publiques et rétablir la compétitivité de l’économie tunisienne».

La prise d’initiatives visant à renforcer la concurrence et le climat des affaires est également fondamentale, afin de libérer le potentiel de croissance du pays et la création d’emplois, a ajouté l’institution financière.

C’est dans ce cadre que le gouvernement a rendu public un compte rendu de son conseil ministériel, tenu hier matin, à La Kasbah, sous la présidence de la Cheffe du gouvernement, Najla Bouden, sur le suivi de la réalisation du programme national de réformes

Selon un communiqué publié par la présidence du gouvernement, ce programme vise à améliorer la gouvernance, activer les moyens de sortie de la crise économique et assurer les équilibres globaux, tout en renforçant les fondements de la réalisation d’un développement inclusif et pérenne.

Le Conseil a également porté sur l’avancée réalisée dans les réformes en cours en matière de fiscalité, de finances publiques, de fonction et secteur publics, ainsi qu’en matière de lutte contre la bureaucratie et les autorisations administratives.

De même, le Conseil a passé en revue les mécanismes et programmes permettant de garantir l’approvisionnement du marché en produits de base et sensibles, maîtriser les prix, rationaliser la subvention et l’orienter vers ceux qui en ont besoin.

Il s’agit, également, de conforter les efforts visant à améliorer la sécurité alimentaire en activant les mécanismes de régulation du marché, en maîtrisant les circuits de distribution et luttant contre le monopole et la contrebande.

Le Conseil ministériel a, encore, examiné l’avancement des réformes urgentes visant à améliorer le climat des affaires, attirer davantage les investissements étrangers, relancer les entreprises et dynamiser notamment le secteur des phosphates, en augmentant le rythme de production.

Il a, en outre, passé en revue les indicateurs positifs de l’activité touristique et les perspectives prometteuses pour le secteur agricole.

La réunion d’hier a porté aussi sur l’avancement du plan de développement et le lancement de «la vision stratégique de la Tunisie à l’horizon 2035». Elle a constitué, par ailleurs, une occasion de discuter de l’avancement des projets de transition énergétique et du renforcement de la production des énergies renouvelables.

Les autres axes examinés concernent l’amélioration de la situation environnementale par le biais de la valorisation des déchets, ainsi que la réalisation du développement durable, de l’économie circulaire et du recyclage.

Dans le domaine de la numérisation, le Conseil a examiné l’avancée réalisée dans la concrétisation du projet de transition numérique, en ce qui concerne le développement de l’infrastructure au sein de l’administration, la généralisation des identifiants numériques pour chaque citoyen et le paiement électronique.

Le Conseil a, encore, passé en revue la relance économique et la reprise de la croissance de l’économie nationale, outre la baisse du taux de chômage.

L’accent a été mis lors du Conseil sur l’engagement de poursuivre les réformes nécessaires pour dépasser les difficultés, d’instaurer le climat idoine à la reprise économique et d’encourager l’investissement national et étranger.

Il a été, enfin, décidé de tenir prochainement des réunions ministérielles périodiques pour assurer le suivi de la réalisation du programme national de réformes.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire