La crise sanitaire a généré des difficultés économiques pour l’ensemble des secteurs d’activité. c’est pour cette raison que le salon Carthage 2022 se veut économiquement vertueux pour sa première session post-Covid.


La Société des foires internationales de Tunis a organisé une conférence de presse, sous l’égide du ministère de l’Equipement et de l’Habitat, en collaboration avec la Fédération nationale du bâtiment (Utica) et le Centre technique des matériaux de construction, de la céramique et du verre (Ctmccv), pour annoncer la tenue de la 15e édition du Salon international du bâtiment et de la construction, Carthage, du 23 au 29 mai courant, au Parc des expositions du Kram. Le Salon international de la construction et du bâtiment Carthage est tout à la fois un lieu de découverte en matière de nouveaux produits, de veille technologique, de marchés et de contacts d’affaires. Cette exposition vise à mettre en valeur l’innovation et la diversité des produits du secteur du bâtiment et de la construction, de favoriser le partenariat et de promouvoir les exportations des produits et du savoir-faire. Dans ce contexte, Youssef Balma, directeur général de la Société des foires internationales de Tunis, a affirmé que le Salon international de la construction et du bâtiment «Carthage» a rencontré des difficultés à cause de la pandémie. Les répercussions de la pandémie ont impacté sur beaucoup d’entreprises. Aujourd’hui, plusieurs entreprises souffrent tels les promoteurs immobiliers. Balma a également révélé: «Nous essayons de trouver des opportunités pour que le salon soit visité par un grand nombre de personnes professionnelles et nous espérons qu’il génère un bon retour sur l’investissement des entreprises participantes».

Le pouvoir d’achat du Tunisien est restreint

M. Balma a aussi mentionné : «Le salon offrira cette année une visibilité et un échange avec le marché international. Notre objectif est de mettre en valeur, tous les deux ans, l’évolution du secteur du bâtiment et de la construction, de proposer aux professionnels du bâtiment et aux industriels fabricants des produits du bâtiment un espace de présentation, de communication et d’échange, et de mettre en valeur les innovations récentes et les nouveaux procédés».

En effet, il s’agit de présenter aux professionnels tous les métiers et les services commerciaux liés au secteur, a ajouté Youssef Balma. De son côté, Kamel Mansour, vice-président de la Fédération nationale du bâtiment à l’Utica, a affirmé que ce salon permet de montrer le savoir-faire des entreprises tunisiennes dans le domaine des matériaux de construction à tous les opérateurs que ce soit en Tunisie ou à l’étranger. «Aujourd’hui, le secteur du bâtiment est malade et en récession. Le principal problème consiste en la hausse du coût de la construction en Tunisie. Cette augmentation est due à plusieurs facteurs : augmentation du prix des terrains, augmentation des matériaux suite à des augmentations de l’énergie et de la matière première», a-t-il signalé.

K.Mansour a souligné que, d’un autre côté, le pouvoir d’achat du Tunisien est restreint. Donc, il faudra une politique volontariste de l’Etat pour réguler le secteur du bâtiment, car ce secteur est très important. «Notre but est de favoriser l’essor des relations d’affaires, de partenariat et de prestations de services, dont il faut diversifier les sources d’approvisionnement et promouvoir l’exportation. Il est nécessaire également d’augmenter le volume des ventes et de valoriser l’image de marque de l’entreprise et de son personnel et de permettre aux professionnels de participer aux conférences et ateliers thématiques sur le secteur», a-t-il ajouté.

Il est à noter que «Carthage» regroupe, pour sa 15e édition, 200 exposants couvrant toutes les branches d’activité du secteur. Le Salon a toujours attiré un nombre conséquent d’entreprises exposantes tunisiennes et étrangères. A cet égard, la session 2022 connaît la participation de l’Italie, la France, l’Allemagne, la Turquie et l’Algérie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire