Alors que le gouvernement ne fait rien, Sfax suffoque. Il y a de plus en plus de catastrophes : odeurs nauséabondes, moustiques, sangliers, reptiles… Tous les médias, presse écrite, radios, télévisions, réseaux sociaux locaux et étrangers, en plus des protestations populaires, évoquent, depuis la fermeture de la décharge El Gonna et jusqu’à aujourd’hui, ce problème très épineux. Mais tous ces efforts sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

Sfax, ce haut lieu, la deuxième ville la plus peuplée du pays, le poumon économique de la Tunisie, la cité industrielle par excellence, est laissée pour compte par un gouvernement qui dirige avec des mains tremblantes, qui ne tient pas ses promesses et qui n’aime pas son peuple.

On n’entend que des paroles, on ne voit que des visites et des réunions, mais en réalité, ce n’est que du blabla. Nous rappelons-nous de la visite de la ministre de l’Environnement qui a créé une soi disant «cellule» de crise regroupant (tenez-vous bien) les différents services concernés du ministère de l’Environnement et de l’Agence nationale de gestion des déchets (Anged) et a tenu une série de réunions de travail !pour évaluer la situation et passer en revue les «mesures» prises par l’Anged qui consistent à privilégier la valorisation et le recyclage des déchets, mais rien n’a changé le cours des choses et cette action reste un vœu pieux. Ainsi que des «mesures» susceptibles d’être prises par les collectivités locales comme la valorisation et le recyclage des déchets, outre «des mesures» pour améliorer la situation environnementale ! Et d’autres pour des préoccupations des citoyens et autres pour le lancement «immédiat !»de nettoyage et d’élimination des déchets accumulés dans les quartiers de la ville…

Quel est le résultat de toutes ces soi disant mesures ?

Des images désolantes et sombres et Sfax, ce poumon économique du pays, se transforme en une poubelle à ciel ouvert. Comme Dalida et Alain Delon chantent : Paroles, paroles et paroles, nous ajoutons: mesures, promesses, paroles en l’air… Rien que des mots !

Charger plus d'articles
Charger plus par Lilia ELLOUZE
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire