Le projet Resmyle réunit 9 acteurs méditerranéens de 5 pays (France, Italie, Jordanie, Liban et Tunisie) autour de 3 axes d’intervention : l’éducation à l’environnement, la formation pratique interculturelle de terrain pour les jeunes
et, enfin, l’appui à la création d’entreprises par la mise en place d’éco-incubateurs qui soutiendront des projets éco-innovants portés par les jeunes.

A Hammamet, la Conférence des parties du projet Resmyle, intitulée «Repenser l’emploi et l’insertion sociale des jeunes méditerranéens à travers le développement durable», a bien eu lieu. De nombreux participants, entrepreneurs, acteurs de la société civile se sont réunis autour d’une seule thématique majeure.

L’initiative est cofinancée par le programme «IEV CTF MED» de l’Union européenne et coordonnée par la Coopérative d’activité et d’emploi Petra Patrimonia. Deux journées de débats, d’échanges, d’évaluation et de capitalisation autour d’expériences et d’initiatives concrètes se sont déroulées comme attendu. Ce programme est mené par différents acteurs méditerranéens qui travaillent sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et du développement durable. Des acteurs qui ont permis au débat d’être mené à terme. Cette manifestation ambitionne de consolider les acquis de deux années d’activités du projet Resmyle, et de contribuer à la pérennisation des dynamiques initiées sur les différents territoires du projet.

La Conférence, organisée par l’Association d’éducation relative à l’environnement de Hammamet (Aere), a réuni plus de 60 participants venus des pays partenaires du projet : France, Italie, Jordanie, Liban et Tunisie. Il s’agit de représentants de ministères et d’administrations publiques, de la société civile, des autorités locales, d’experts, d’entreprises, d’universités, de centres de formation…Tous concernés par les thématiques de l’environnement et du développement durable, de l’emploi et de l’insertion des jeunes.

La situation sociale et professionnelle des jeunes méditerranéens dans l’après-Covid, les enjeux de la mobilisation des jeunes face aux défis environnementaux, les enjeux de la formation, les filières porteuses pour l’emploi des jeunes, les nouveaux métiers de la croissance verte et bleue, l’appui et l’accompagnement des jeunes éco-entrepreneurs…, autant d’axes au centre même de cette conférence.

Lors d’un échange entre participants, Matthew Gary, CDE de Petra Patrimonia, revient sur l’importance de l’insertion de l’éducation relative à l’environnement dans les ouvrages et les programmes scolaires : en Tunisie, selon M.Salem Sahli, fondateur de l’A.E.R.E : «Un programme national d’éducation et de sensibilisation à l’environnement est au point, et il vise à initier à la cause environnementale et à cette thématique de nos jours. Les instituteurs manquent de formation actuellement en Tunisie. Dans le cursus scolaire en Tunisie, cette même thématique doit être inclue dans des matières. La question écologique dans les programmes a été ajoutée d’une manière théorique en Europe. Ici et même ailleurs, davantage de travail doit être fait. Selon ces mêmes organisateurs, à travers ce projet et cette initiative, «on est au cœur du partenariat public / privé car le rôle de la société civile, c’est d’agir et d’opter pour des solutions ponctuelles transformées en solutions durables. Les dispositions prises peuvent devenir des enjeux majeurs». La conférence revient par moments sur «les Soft Skills» qui sont des compétences individuelles intrinsèques aux jeunes d’aujourd’hui pour qu’ils s’insèrent professionnellement et socialement… et tout cela s’acquiert.

Le projet Resmyle réunit 9 acteurs méditerranéens de 5 pays (France, Italie, Jordanie, Liban et Tunisie) autour de 3 axes d’intervention : l’éducation à l’environnement par la formation des animateurs de jeunesse à l’intégration du développement durable dans les programmes d’insertion sociale, la formation pratique interculturelle de terrain pour les jeunes, la réalisation de chantiers-écoles sur le développement durable et l’organisation de missions de mobilités transnationales et enfin l’appui à la création d’entreprises par la mise en place d’éco-incubateurs qui soutiendront des projets éco-innovants portés par les jeunes.

Signalons que dans le cadre de Resmyle, l’Aere de Hammamet a plusieurs réalisations à son actif : la contribution à la création d’une plateforme de ressources en éducation environnementale, une exposition virtuelle «Sauvons la Méditerranée», un outil pédagogique «l’hydroponie pour tous», le financement de deux projets environnementaux portés par des associations locales, un guide des bâtiments patrimoniaux de Hammamet, un circuit de découverte du Centre culturel international de Hammamet, et la mise en œuvre de l’éco-incubateur «Demarri» à Hammamet.

Ceci en plus de la mobilisation des jeunes et des organismes de jeunesse autour des enjeux de l’environnement et du développement durable.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire