crédit photo :  © Salma GUIZANI

« Malgré toutes les difficultés, le taux de participation à la grève générale observée, aujourd’hui à partir de minuit, dans le secteur public s’est élevé à 96,22 % », a fait savoir jeudi, Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT).

Dans son discours prononcé devant le siège de l’UGTT à Tunis, Taboubi a affirmé que la grève générale a réussi malgré la campagne de dénigrement qui a ciblé l’organisation syndicale.

Il a, à cette occasion, réitéré l’attachement de l’UGTT à la défense des droits des travailleurs appelant le gouvernement à respecter ses engagements envers la centrale syndicale.

« Les travailleurs souffrent de la baisse du pouvoir d’achat et de la crise économique et sociale et l’UGTT continuera à militer pour défendre leurs droits par tous les moyens syndicaux », a-t-il assuré.

Par ailleurs, Taboubi a appelé le gouvernement à publier le document présenté au Fonds Monétaire international pour l’obtention d’un crédit de 4 milliards de dollars afin que le peuple soit informé des mesures « injustes » qui seront prises et qui détruiront, selon lui, le pouvoir d’achat des Tunisiens.

Le secrétaire général de l’UGTT a assuré que le service minium a été garanti dans plusieurs secteurs lors de cette journée de grève.

Il a, en outre, critiqué le dialogue national sur la Nouvelle République, lancé depuis le 4 juin en cours, faisant remarquer que l’UGTT a refusé d’y participer parce qu’elle estime qu’il ne sera pas une solution pour la Tunisie mettant en garde contre l’atteinte du droit syndical et ce, en réponse au contenu du brouillon formulé dans le cadre du dialogue national et qui limiterait le droit syndical.

La grève générale est observée ce jeudi dans 159 entreprises et établissements publics pour revendiquer le retrait de la circulaire N20, le lancement d’un nouveau round de négociations sociales sur les augmentations salariales et l’application des conventions signées précédemment.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Héla Marzouk

    16/06/2022 à 16:13

    On n’a eu à demander un prêt à la banque mondiale qu’à cause de la détérioration économique du pays, on n’a eu la détérioration économique qu’à cause de la productivité et en fin on a eu cette baisse que principalement à cause des grève et ainsi de suite en cercle vicieux

    Répondre

  2. El Aroui

    16/06/2022 à 16:30

    Quelle Hypocrisie toujours des taux de 96 %et plus

    Répondre

Laisser un commentaire