On ne le voyait pas venir, mais désormais impossible de ne plus le voir.Homme de scène ,de cinéma et de télé, ses premiers amours artistiques sont le théâtre,pour qui il dévie de son chemin de brillant étudiant d’un école de commerce. De l’école Jebali où il rencontre les compagnons de route,Héla Ayed ,Yassmine Dimassi,AbdelHamid Bouchnak, et où naitera une belle histoire d’ amitié et de succès.

Sur scène, « La fuite » monodrame acide et tragicomique ou il est seul et multiple,au cinéma,où il excelle ,dans regardes moi de Nejib Belkadhi et Dachra de AbdelHamid Bouchnak..puis la « Nouba »du même AbdelHamid Bouchnak qui a déférlé sur nos vies ,nos cœurs et changé le petit écran en fête tragique,vive et brillante.Le Wejdi, achak,un métier qui n’existe que dans nos mémoires ,et dans les chants graves ou décadents des Rboukh tunisiens. Un cœur tendre.. Une coiffure, impossible, mais qui le rendra iconique.Unique Aziz Jebali. Merci pour ce moment accordé à la presse.

Entretien conduit par: Amel Douja Dhaouadi – La Presse de Tunisie
Crédit Photo © Mohamed Ali Blaiech

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire