crédit photo : © Mokhtar HMIMA
A dix, l’EST a assommé un petit CA qui n’a pas joué un match digne. L’EST se replace en tête et retrouve la confiance et la sérénité. En dehors de la pelouse, le match a été une calamité avec des arrêts et des incidents sans cesse.

Stade de Radès, public nombreux, très mauvaise organisation, bon arbitrage de Heythem Guirat, l’EST bat le CA 3-1 (2-1 mi temps), buts de Tougai 21’, Coulibaly 42’ et El Houni 92’ pour l’EST, Dhaouadi (sur pen. 32’), expulsion de Badrane
EST : Debchi, Mechmoum, Chetti, Badrane, Tougai, Coulibaly, Ben Romdhane, Bougrine (Ben Hemida), El Houni, Bedri (Iduoh), Ben Hammouda
CA : Charfi, Guesmi (Sabo), Abderrazak, Chrifi, S. Laabidi, Laazouni, C. Laabidi (Kassab), Khelil (H Laabidi), Garreb, Dhaouadi (Taoues), Senena (Chammakhi)

Un derby encore une fois houleux avec une très mauvaise organisation digne de cette affiche : le match a commencé à 17h00 pour se terminer 19h30 et des arrêts sans cesse, surtout à la pause et en seconde mi temps. Des fumigènes, des incidents, des gradins chauds et incontrôlés et du gaz lacrymogène, choses qui ont saboté le cours normal d’u match de foot. Sur le terrain, et après ce match très chaud et parfois folklorique, c’est l’EST qui a sortie grand vainqueur. Une belle victoire méritée sans la moindre bavure pour une EST qui, contrairement au CA à l’aller, n’a pas été tendre avec son adversaire. Trois buts marqués et malgré une infériorité numérique dès la 30’ (expulsion de Badrane), l’EST de Nabil Mâaloul a été plus brave, plus forte, plus réaliste pour assommer un petit CA qui n’avait ni joueurs ni entraîneur capables de jouer à la hauteur de l’EST. A 11 contre 10, l’EST a mieux géré la balle, s’est même baladée dans des espaces concédés par des joueurs clubistes frileux et hors sujet. Le tournant du match c’était à 1-1 ( buts de Tougai sur balle arrêtée et joli tir en pivot, et de Dhaouadi sur penalty). On pensait que le CA allait acculer son adversaire, mais c’est le contraire qui s’est produit : les joueurs de Maaloul ont été libérés et ont plongé vers l’avant gagnant des duels et sur une balle arrêtée (encore !). Tougai (sans le moindre marquage !) centre en retrait et Coulibaly, face à des défenseurs clubistes immobiles, double la marque. C’était le but de la victoire et de l’ascendant psychologique. Amoindris, les « Sang et Or » n’ont pas eu peur, contrairement à Adel Sellimi et ses joueurs qui n’ont pas su quoi faire. Ce 2-1 à la mi temps était un vrai coup de massue, car ça se voyait que le CA était très inférieur hier.

Superbe but d’El Houni

Pas de changements dans le cours du match après une pause de 35’ ! Le rythme a été haché avec des interruptions à gogo et des scènes tristes qui ont émaillé ce derby. Adel Sellimi a raté son derby hier, car rien de changé en seconde mi temps. Juste une occasion de Hamdi Lâabidi à la 82’ et un tir qui a touché le petit filet, et un tir des 25 mètres qui n’a pas inquiété Debchi. Du côté de l’EST, la même facilité à tisser les actions, à profiter de la fragilité du milieu clubiste et de la défense avec Guesmi et Chrifi dépassés sur chaque mouvement. Le but d’El Houni en dit beaucoup sur le réalisme de l’EST : Chrifi (quel petit match ! ) dégage mal la balle et sert Ben Romdhane qui réussit un slalom devant des Clubistes passifs, El Houni continue avec un geste technique et une infiltration pour tromper Charfi d’un tir astucieux. Un beau but qui a confirmé une victoire totale et indiscutable d’une EST qui aurait pu gagner avec plus d’écart. Nabil Mâaloul a mieux préparé son match, lui qui a gagné des derbies, contrairement  à Sellimi qui a prouvé toutes ses limites sur les grands matches. L’EST retrouve son leadership et a son destin en main. Une réconfortante victoire pour le moral, alors que du côté clubiste, on repart à la case départ. Quand on n’a pas de grands joueurs, quand on prépare mal ses recrutements, on se fait écraser dans les matches à enjeu. Comme face au CSS, le CA a été assommé. Il ne peut que s’en prendre à son entraîneur et à ses joueurs. L’EST a été digne de son prestige et de sa personnalité, elle ne rate pas ses adversaires quand ils sont prenables.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire