Dans un contexte de repli économique mondial aggravé par le conflit russo-ukrainien et une stagflation qui a affecté les économies de nombreux pays et des projections de ralentissement prolongé de la croissance mondiale et de perturbations des chaînes d’approvisionnement, que se tiendra, demain et après-demain à Tunis, la 20e édition du Forum de l’investissement, une session dédiée à des partenariats stratégiques. La Tunisie tente, à travers ce rendez-vous et  avec vigueur, de sortir de la crise économique et financière, de réparer les dégâts et de se mettre sur la bonne voie. Travail herculéen, s’il en est, au regard des différents défis à relever et du pari  engagé pour sortir du marasme, aller de l’avant et renouer avec les pratiques économiques et commerciales saines en s’associant avec divers partenaires.

L’investissement occupe une place primordiale dans l’amélioration du bien-être de la population et de la productivité des entreprises. En effet, il constitue un outil fondamental de l’Etat pour stimuler la croissance économique, créer des emplois, réduire les inégalités sociales et régionales, et mettre en œuvre des stratégies sectorielles. 

Néanmoins, depuis plus d’une décennie, le marasme de l’investissement est ressenti et dure encore. Les chiffres sont désormais parlants. Faut-il reconnaître que l’investissement n’est pas suffisamment orienté là où l’effet social et économique est le plus palpable. Pour l’année 2022, le budget économique prévoit une progression de 4.9 % à prix constants, ce qui porte le taux d’investissement à 15.4% du PIB, encore très loin du taux de 2019. Par contre, les investissements directs étrangers, un autre indicateur important de la perception du climat d’investissement, ont augmenté de 73% au cours du 1er trimestre 2022 contre une régression de 18% en 2020 et de 2% en 2019.

Divers facteurs font que l’investissement ne soit pas à la hauteur des espérances : la corruption, la bureaucratie et la rigidité de l’administration…

Cette session du Forum de l’investissement en Tunisie, organisée par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (Fipa Tunisie) en partenariat avec la Banque mondiale, aura pour objectif de «mettre en lumière les dernières mesures portant sur l’environnement des affaires et de présenter les activités compétitives qui font de la Tunisie une base de développement productive et pérenne, pour les entreprises internationales».

Le Conseil des chambres mixtes de commerce et d’industrie (CCM) a lancé récemment un appel pour une action vigoureuse pour agir au plus vite afin d’assurer les conditions optimales pour la relance de l’économie. Cet objectif ne pourra être atteint que par la mise en application, dans les meilleurs délais, d’une grande partie des mesures annoncées par le gouvernement dans son nouveau programme des réformes.

Le CCM, tout en affirmant sa disposition à rester un acteur agissant dans l’essor économique du pays, réitère son engagement à œuvrer pour la relance des investissements directs étrangers, en garantissant la protection des droits économiques et sociaux de toutes les parties prenantes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire