Ceux qui répètent à longueur de journée que les droits de la femme en Tunisie sont menacés et que les acquis engrangés depuis l’indépendance ne sont plus qu’un souvenir et ceux qui affirment à qui veut bien les entendre que la crise multidimensionnelle dans laquelle a sombré notre pays depuis la révolution a ôté à la femme tunisienne toute propension à la créativité, à l’imagination et surtout la capacité de se prendre en charge pour assurer elle-même sa propre promotion, loin de toute tutelle ou assistance, sont dans l’obligation de revoir leur copie et de reconnaître que les approches qu’ils défendent sont loin de la réalité.

Et la cérémonie de remise du trophée de la femme manager 2022, qui s’est déroulée mercredi soir, à l’initiative de la Conect, après trois années d’interruption, d’apporter la preuve que la femme tunisienne n’a pas dérogé à ses habitudes en matière de leadership économique, en offrant des parcours d’exception qui peuvent servir de modèle aux jeunes générations.

Les discours prononcés à cette occasion n’ont pas manqué de mettre l’accent sur «l’image dynamique et innovante» que les femmes couronnées ont réussi à donner de la Tunisie.

Ces femmes distinguées ont, en effet, fait montre d’une capacité à briller dans leurs domaines d’activité, en dépit des difficultés et des entraves qu’elles  rencontrent dans leurs parcours et qui les empêchent de s’illustrer et de réussir dans leurs entreprises afin de mériter d’être considérées comme partenaires à part entière dans la dynamique nationale de développement et de progrès.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire