Mardi 21 juin à 11h30, une réunion d’envergure a eu lieu au siège du rectorat de l’Université de La Manouba, en présence de S.E. Simon Pullicino, ambassadeur de la République de Malte en Tunisie, de Mme la rectrice de l’Université de La Manouba, Pr Jouhaina Gherib, du vice-président, Pr Amor Cherif, du doyen de la faculté des Lettres de La Manouba, Pr Moncef Taïeb, des professeurs Meriem Dhouib et votre serviteur, du département d’études italiennes de l’université de La Manouba, ainsi que les professeurs Norbert Bugeja et John Chircop, respectivement directeur et Chairperson de l’Institut méditerranéen de l’Université de Malte.

Cette rencontre a fait l’objet de la signature d’un accord bilatéral entre les institutions universitaires des deux pays, liés par une ancienne histoire commune qui ne s’est jamais interrompue.

La Tunisie, pays africain et méditerranéen, projeté géographiquement vers l’Europe, ne pouvait pas se passer de son pays voisin, culturellement et linguistiquement si proche. En effet, la langue maltaise est une langue appartenant à la famille chamito-sémitique, apparentée aux langues parlées dans la région du Maghreb. C’est la seule variété «arabe mineure» à être reconnue comme langue nationale. La langue maltaise actuelle provient, en effet, du dialecte arabe de Sicile ou du Siculo-arabe, ce qui facilite énormément la communication entre un Tunisien et un Maltais. Pour cela et pour d’autres raisons encore, difficile de pouvoir s’ignorer, car la Tunisie a besoin de Malte, comme Malte de la Tunisie.

L’accord prévoit donc des échanges académiques entre étudiants tunisiens et maltais, un certain nombre de bourses pour la mobilité estudiantine et professorale, le renforcement de la recherche et des publications scientifiques pour les professeurs et les étudiants du 3e cycle et le partage des compétences. La signature, tant attendue d’un projet européen relatif à «Erasmus plus», a clôturé la séance.

Le programme Erasmus+, dans sa nouvelle période 2021-2027, fait référence aux Pays Etats Membres et pays Tiers associés au programme, anciennement appelés Pays programmes, et Pays tiers non associés au programme, anciennement appelés Pays partenaires. Dans le cadre de ces actions, le programme finance la mobilité et la coopération entre les Pays Etats Membres et Pays tiers associés au programme et les Pays tiers non associés au programme. La Tunisie fait partie des Pays tiers non associés au programme et spécifiquement à la région 3. La Tunisie fait, en effet, partie des pays du voisinage européen du Sud avec l’Algérie, le Maroc, la Libye, l’Egypte, la Palestine, la Jordanie, Israël, le Liban et la Syrie. De grandes opportunités donc à saisir pour nos étudiants de la faculté des Lettres de La Manouba, ainsi que pour les étudiants maltais intéressés aux échanges avec la rive sud de la Méditerranée.

A nos yeux, l’Europe doit s’ouvrir davantage aux pays du bassin méditerranéen, beaucoup plus qu’aux pays de l’Est, géographiquement et culturellement plus loin par rapport aux pays du Maghreb. La fermeture des frontières, la politique des visas ne peut que conduire les pays d’Afrique du Nord à plus d’isolement culturel et renforcer les extrémismes dans toutes ses formes à 60 km des frontières européennes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alfonso Campisi
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire