Contrairement à l’accueil chaleureux et bienveillant qui a été réservé à nos compatriotes de la part de la douane et de la police des frontières au port commercial, ils constatent que la vie sociale n’est plus comme avant à Zarzis et par conséquent, ils ne cachent pas leur déception.

Rentrés à leur ville natale pour passer l’Aïd et les vacances de l’été auprès de leurs familles, ils n’apprécient pas la prestation de services dans les administrations et notamment la Steg, la Sonede et la commune.

En effet, les dysfonctionnements sont légion : coupures d’eau sans préavis, fausses factures, manque de suivi des entrepreneurs qui ne respectent pas le cahier des charges, dossiers qui attendent toujours d’être réglés… Avisé, le chef du district de Médenine impute la responsabilité au retard de traitement de certains dossiers au département local.

La prestation de services n’est pas meilleure à la Steg où les citoyens se trouvent dans les couloirs devant des bureaux vides. La réponse qui émane du personnel restreint est toujours là même : l’agent que vous cherchez travaille sur le terrain ou bien votre dossier est chez le sous-traitant ( l’entrepreneur ).

Deux morts et trois survivants

Nos compatriotes ne cachent pas, non plus, leur déception de la municipalité et du coup ils se joignent à ceux qui ont toujours réclamé la dissolution du conseil municipal de Zarzis. Après deux années d’absence, aucune amélioration au niveau de l’infrastructure de base. Les routes sont presque impraticables dans la localité de Souihel.

Pis encore, ce dimanche, date de la tenue de la troisième session ordinaire préparatoire, on a constaté plus de généraux que de soldats ! Des présents qui se comptaient sur les doigts d’une main; «c’est une perte de temps parce que les décisions sont déjà prises à l’avance, à notre insu», commente un assistant qui ajoute: «L’exemple frappant est celui d’engager des maîtres-nageurs, puisque la commune fait toujours la sourde oreille et je la considère comme complice dans la perte de deux personnes noyées». Effectivement, la première victime est un jeune homme, la quarantaine, qui s’est noyé à Chott Amira. L’autre est un enfant de huit ans, à Chott Sonia. Deux autres ont été sauvés hier près du Casino et l’avant-veille une fillette a été repêchée par les estivants à la corniche.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire