« La Tunisie recourt, actuellement, à son stock stratégique de sécurité des produits pétroliers pour pouvoir satisfaire la demande et approvisionner le pays en produits pétroliers » a indiqué le Directeur général des hydrocarbures au ministère de l’industrie, des mines et de l’énergie, Rachid Ben Daly.

« Cette situation assez critique constitue une bataille hebdomadaire d’autant que la rareté des produits pétroliers, la conjoncture financière actuelle de la Tunisie et la crise ukrainienne pesent lourdement sur la trésorerie de l’État », a-t-il ajouté, mercredi, dans une déclaration à l’Agence TAP en marge de la 2éme session de formation des journalistes tenues du 28 au 30 juin sur le thème : « Les hydrocarbures en Tunisie ».

Et de rappeler que la loi 91 du 1er juillet 1991 relative aux produits pétroliers oblige les opérateurs à constituer et détenir des stocks de sécurité de 60 jours pour les produits pétroliers (gasoils et les essences )et de 30 jours pour le gaz de pétrole liquéfié ( GPL).

Et de poursuivre « En raison de la forte demande internationale sur les produits pétroliers, les vendeurs des produits pétroliers demandent actuellement, à être payer au comptant ce qui nous oblige à payer la cargaison à la livraison malgré la situation financière du pays.

Ben Daly a fait savoir que la production nationale de produits pétroliers est estimée, actuellement, à environ 35 mille barils/jour.

La consommation de produits pétroliers s’élève à environ 90 mille barils/jour tandis que la capacité de production de la Société tunisienne des industries de raffinage(STIR) est de 32 mille barils/jour. Ainsi, l’écart entre la production et la consommation des produits pétroliers, qui est estimé à 58 milles barils /jour est couvert grâce à l’importation, a souligné le DG des hydrocarbures.

À noter que 24 journalistes participent à la deuxième session de formation des journalistes portant sur le thème : « Les hydrocarbures en Tunisie » organisée par le projet « Secrétariat du Partenariat tuniso-allemand de l’énergie », mandaté par le Ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie (MIME) et le Ministère fédéral de l’Économie et de la Protection du Climat (BMWK) et mis en œuvre par la GIZ Tunisie conjointement avec le Ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie (MIME).

Cette session de formation s’inscrit, également, dans le cadre du cycle de formation intitulé « Journaliste : Partenaire pour une transition énergétique citoyenne en Tunisie », dont l’objectif consiste à créer un noyau de journalistes ayant les connaissances requises et nécessaires pour bien communiquer sur le secteur de l’énergie.

Il s’agit également d’appuyer le Ministère de l’énergie et ses institutions sous-tutelles dans la sensibilisation des citoyens et des entreprises aux enjeux, réalisations et perspectives du secteur, notamment en termes de transition énergétique du pays.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire