Ceux qui feront le déplacement ce soir au Colisée d’El Jem  feront partie des privilégiés. La reprise du festival après la période de pandémie ne sera que pur bonheur. D’ailleurs, le programme proposé par l’Orchestre symphonique tunisien est  pétillant, avec des airs connus et familiers au grand bonheur d’un public mélomane  et même des curieux.    

L’Orchestre symphonique tunisien ouvre le bal et marque le retour du Festival international de musique symphonique d’El Jem, un festival qui se maintient comme un lieu de choix pour une musique raffinée avec un répertoire classique apprécié par les mélomanes et des ouvertures sur des expériences nouvelles.

du 12 juillet au 13 août, 9 soirées sont proposées et les amateurs reprendront la route de cette ville prestigieuse par son Colisée et son histoire. La Sncft  s’y associe comme d’habitude et assure le transport à ce haut lieu de la musique internationale. Un vrai road trip vers un lieu de choix.

Sous la direction du chef d’orchestre, Mourad Frini, et avec les solistes : Mehdi Trabelsi  au piano,  Nesrine Mahbouli, Haithem Hadhiri et Bahaeddine Ben Fadhel  au chant, l’Orchestre symphonique tunisien offre un concert digne d’une prestigieuse ouverture. Le spectacle retracera quelques moments phares du répertoire symphonique universel, comme la « Quarantième Symphonie » de Mozart avec l’ouverture de sa « Flûte Enchantée » ou encore le onzième concerto pour piano. Le prestigieux amphithéâtre d’El Jem vibrera également au rythme des plus beaux extraits d’Opéra qui seront interprétés par de talentueuses voix.Au programme : la Symphonie n° 40 (1er mouvement), le Concerto n° 11 pour piano et Orchestre en Fa majeur de Mozart, La danza Tarentella de Rossini et Caruso de Lucia Dalla interprétés par Haithem Hadhiri, Mein Her Marquis de Johann Strauss et D’oerste d’Aiace de Mozart par Nesrine Mahbouli, Pene Tiranna de George Frederic Handel et Alto Geove de Nicola Porpora par Bahaeddine Fadhel et un final avec Funicculi funicular de Luigi Denza chanté par les trois interprètes. Rappelons que l’Orchestre symphonique tunisien, fondé en 1969, fut la première formation symphonique créée sous le patronage du ministère des Affaires culturelles en Tunisie. 53 ans d’histoire, de labeur et de défis ont fait de cet orchestre une pépinière de production, de collaboration et de formation dans la scène musicale tunisienne. Rattaché au Théâtre de l’Opéra de Tunis et sous la direction artistique de Mohamed Bouslama, l’OST prend un élan d’excellence. Réunissant à la fois une élite de musiciens locaux et de la diaspora tunisienne à l’étranger, en collaboration avec des partenaires internationaux de renommée, cet Orchestre se lance davantage dans l’exploration du grand répertoire de la musique classique et des œuvres de création moderne. Chaque concert sera ainsi une expérience humaine, musicale et artistique singulière.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire