Des rapports sont publiés depuis longtemps et de manière constante sur les prisons tunisiennes dont il est inutile, même si on n’est pas au fait de l’actualité, de prétendre ne rien savoir.     

Les alertes des organismes internationaux, celles de la société civile, les récits des anciens détenus et de leurs familles parachèvent un tableau qui s’assombrit de jour en jour. Et qui, paradoxalement, ne s’est pas amélioré à l’issue de la révolution ni sous cette ère nouvelle.

Limoger un grand patron des prisons relève alors d’un tour de passe-passe. Ajoutons que les hommes fusibles du pouvoir sont faits pour ça ; se donner bonne conscience et se refaire une virginité sur le dos de celui qui a sauté. Passons, ce n’est pas le propos.

Les prisons tunisiennes répondent aux standards des autocraties et des pays pauvres et sous-développés, elles ont pour dénominateur commun la non-conformité, du tout au tout, avec les conventions internationales. Vétusté et insalubrité, manque d’hygiène, alimentation pauvre, surpopulation. Violence et tortures y sont banalisées. Des zones de non-droit où les muscles et l’argent cash restent les meilleures défenses.

Il serait donc superflu de convoquer à cet endroit les droits de l’homme, la dignité humaine et autres « sornettes » qui semblent à des années lumière des normes et pratiques des établissements pénitentiaires dans les régimes totalitaires ou en passe de le devenir.

Or, priver une personne de sa liberté, ce n’est nullement pour se venger d’elle. Conception inexistante dans les Etats dignes de ce nom. Mais pour faire respecter la loi, pour protéger la société, réparer les dommages subis par la victime et aider pour le rendre meilleur celui qu’on punit. L’épauler dans son processus de réintégration vient couronner un long parcours.

Or, en Tunisie, la prison ne punit pas pour réparer. En revanche, elle détruit. Combien de délinquants, après un passage en taule, en ressortent dégoûtés, brisés après avoir perdu la santé, l’honneur et la dignité. Ils sont alors prêts pour la récidive.

Charger plus d'articles
  • L’efficacité de l’action

    Aiguiser le sentiment identitaire a été pendant de longues décennies un filon porteur pour…
  • Classement et leçons

    De toutes les expériences dites du printemps arabe, la Tunisie était restée un point lumin…
  • Il y a une vie avant le paradis

    Par Hella LAHBIB Une publication rendant compte d’une tragédie familiale a été massivement…
Charger plus par Hella Lahbib
  • Tirer profit de la plaisance

    La Tunisie, qui dispose de  1.300 km de côtes, n’arrive pas à promouvoir l’activité de pla…
  • Des partis dans le déni du réel

    Maintenant que le parti Afek Tounès a déposé, officiellement, vendredi 12 août, un recours…
  • Ils n’ont pas le droit !

    A travers ses différentes prises de position, les discours et l’apologie de ses principaux…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire