L’entraîneur et neuf joueurs ont quitté le club. Un nouveau staff a pris les commandes et cinq nouvelles recrues sont venues renforcer l’effectif.

C’est une intersaison spéciale que vivent les Usémistes cet été et pour cause : ils s’apprêtent à disputer une saison historique après celle de 2019-2020 couronnée par le trophée de la Coupe de Tunisie, remporté pour la première fois dans l’histoire du club. Un sacre qui a valu à la formation monastirienne sa première participation en Coupe de la CAF.

La saison dernière, l’USM n’a pas remporté de titres, certes, mais elle a terminé deuxième au classement final et s’est battue jusqu’au bout pour le titre de champion de Tunisie, rivalisant avec  le tenant du titre, l’EST. Et même si la formation « sang et or » est parvenue à préserver son titre de champion de Tunisie, l’USM n’est pas sortie perdante dans l’affaire. Son statut de dauphin lui vaut une première participation historique à la C1 africaine.

Du sang neuf injecté

Faouzi Benzarti, qui a conduit l’équipe la saison dernière, a décidé de quitter la baraque pour partir au Maroc où il a repris les rênes du Raja Casablanca. Un départ qui a incité les dirigeants usémistes à recruter un nouveau capitaine de bord. Le choix a été porté sur le Serbe Darko Novic. Côté effectif, des arrivées ont été également enregistrées pour pallier les départs. L’effectif monastirien a enregistré jusque-là cinq recrues : Anis Ben Hatira, Lassaâd Hammami, Alaeddine Dridi, Sadok Yeddes et  Helmi Jouidi.

Métamorphose totale 

Ces recrutements s’imposaient car il fallait bien remplacer les départs enregistrés. Outre le départ de l’entraîneur Faouzi Benzarti, neuf joueurs ont quitté le club cet été. Il s’agit de Fahmi Ben Romdhane, Iheb Mbarki, Youssef Abdelli, Taoufik Addadi, Roger Aholou, Fedi Arfaoui, Hakim Tka, Hamza Jelassi et Seifeddine Mahouachi.

Neuf joueurs qui quittent l’équipe d’un seul coup ! C’est une métamorphose totale dont la direction du club, le président en particulier, devra assumer la responsabilité. Quand on laisse partir neuf joueurs, sans compter le changement d’entraîneur, c’est toute l’ossature de l’équipe qui est à changer.

Au coup d’envoi de la nouvelle saison, c’est donc une équipe new-look qu’on verra à l’œuvre du côté de Monastir. Un nouvel entraîneur en place, de surcroît étranger, a besoin d’une période d’adaptation avant de pouvoir mettre en place ses idées. Un nouvel entraîneur et un effectif métamorphosé : cela nécessite un certain temps pour que la mayonnaise prenne.

Bref, tout est à mettre en place. C’est la mission allouée au Serbe Darko Novic, un technicien qui se doit aussi de réussir la première sortie de l’Union Sportive Monastirienne en C1 africaine.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire