L’exploitation sexuelle des enfants a augmenté de 32% en 2021 par rapport à 2020. Malgré une augmentation moins marquée qu’en 2020, quasiment au triple, beaucoup de chemin reste à faire pour atténuer le fléau de la traite infantile…

La présidente de l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes (Inlctp), Raoudha Laâbidi, a annoncé dans les médias que 2021 a enregistré un triste record atteignant les 1.100 victimes de traite en Tunisie, dont la moitié sont des ressortissants étrangers. A l’exploitation économique des personnes, s’ajoute celle à des fins sexuelles.

Premières victimes collatérales, les femmes mais aussi les enfants. Elle a indiqué que la traite d’enfants a augmenté de 180,6% entre 2019 et 2020 et la vente de bébés de 22,5%.

Enfants tunisiens exploités

Ainsi, on apprend que les cas de traite concernant les Tunisiens portent principalement sur l’exploitation d’enfants et la vente de bébés..

Le nombre de victimes d’exploitation sexuelle des enfants a presque triplé, passant de 103 cas en 2019 à 289 cas en 2020. A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains la semaine passée, Laâbidi a rappelé la nécessité de renforcer les mécanismes de contrôle de l’exploitation économique et de lutte contre la traite humaine pour améliorer sensiblement les indicateurs humains dans ce domaine d’intervention qui demeurent inquiétants en Tunisie. Un rapport d’études sera publié le 6 septembre 2022 comportant aussi un état des lieux des enquêtes et des poursuites judiciaires engagées dans les affaires de traites d’êtres humains. Elle a révélé que le ministère de la Justice n’a pas communiqué les détails relatifs aux affaires ayant eu lieu de 2017 à 2020. Raoudha Laâbidi a précisé que la traite d’individus étrangers est principalement liée à l’émigration irrégulière. Elle a enfin témoigné d’une participation et d’une intégration des enfants dans les réseaux de traite. Sur les 907 cas de traite humaine qui se sont produits en 2020,  52% concernent des enfants… L’exploitation économique et sexuelle des personnes doit être combattue de la plus forte des manières pour garantir la plénitude des droits humains en Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire