Un ancien président au passage glorieux, appelé à la rescousse. Un enfant du club qui revient aux commandes techniques, sept ans après avoir quitté le banc de l’Etoile : avec le retour des anciens, c’est une nouvelle page qui s’ouvre.


Aucun candidat à la présidence du club ne s’est présenté le 26 juillet dernier et les élections prévues le 30 du même mois ont été annulées. Un constat qui a amené le haut comité de soutien et le bureau directeur démissionnaire à s’accorder à nommer un comité directeur provisoire conduit par Othman Jenayah qui revient aux affaires 16 ans après avoir quitté la présidence de l’ESS. Le choix porté sur Othman Jenayah n’est pas anodin. L’homme est respecté dans les milieux sportifs de Sousse et son passage à la tête du club de 1993 à 2006 a été glorieux, marqué par de nombreux trophées venus enrichir le palmarès de l’ESS. De 1993 à 2006, Othman Jenayah est parvenu à faire de l’Etoile l’une des plus prestigieuses équipes d’Afrique. Aujourd’hui, on fait appel à son expérience, mais aussi à se sagesse, pour remettre de l’ordre dans la maison.

Mkacher, un autre choix  de la performance…

Un grand club de la trempe de l’ESS ne peut être que performant. Il ne suffit pas de ramener un ancien président qui a conduit le club au sommet. Il fallait aussi nommer un entraîneur, un enfant du club de préférence, qui a du charisme et dont la carrière de footballeur fut exemplaire. Othman Jenayah n’a pas cherché loin pour trouver la perle rare et Mohamed Mkacher a répondu favorablement à l’appel du cœur. Il n’en fallait pas plus pour le convaincre. Mkacher a dû convaincre son employeur saoudien, le club d’Al-Aïn, pour rompre le contrat. Un geste fort de la part de l’enfant du club qui n’a pas hésité à aller convaincre son employeur saoudien pour résilier un contrat qui lui rapportait pourtant beaucoup.

Quitter un job stable qui rapportait énormément : voilà un geste fort de la part de Mohamed Mkacher. Lui aussi c’est un ancien qui revient aux affaires. En effet, Mkacher retrouve le banc de l’ESS, 7 ans après.

Le choix de la continuité…

En prenant en main les destinées de l’équipe première, Mkacher, comme tout entraîneur, a amené avec lui son adjoint. Il s’agit là aussi d’un enfant du club, Mounir Boukadida. Le nouveau coach étoilé a fait aussi le choix de la continuité, puisque Seif Ghezal garde son poste d’entraîneur-adjoint.

Un choix de la continuité qui ne peut que faire du bien à l’équipe.

Il faut dire aussi que même s’il a quitté ses fonctions, Ikbal Rouatbi, qui a accepté de prendre les rênes de l’équipe à une phase critique, a fait du bon travail.

Cela dit, avec le retour d’Othman Jenayah et Mohamed Mkacher aux affaires, la présence de Mounir Boukadida et Seïf Ghezal dans le staff technique, l’encadrement est assuré, d’autant que le capitaine Yassine Chikhaoui est toujours là pour prêter main-forte et pour encadrer ses jeunes équipiers sur le terrain. L’Etoile a besoin plus que jamais d’une équipe dirigeante et d’un staff technique composés de personnalités sportives qui forcent le respect et aptes à remettre le train sur les rails.

Avec le retour des anciens, c’est une nouvelle page dans l’histoire de l’Etoile. Le comité directeur provisoire d’Othman Jenayah conduira l’ESS jusqu’à la fin de la saison 2022/2023, avec pour mission de remettre de l’ordre dans la maison, faire de bonnes performances sportives à la hauteur de la réputation du club et déblayer le terrain pour qu’une nouvelle équipe dirigeante prenne le relais. A l’ESS, on fait du neuf avec du vieux, oui, mais la sagesse a son prix. C’est aussi le fruit d’années d’expérience.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire