La Tunisie, qui dispose de  1.300 km de côtes, n’arrive pas à promouvoir l’activité de plaisance sur ses eaux. En effet, sur un total de plus de 300 mille bateaux de plaisance qui sillonnent la Méditerranée chaque année à travers le monde, la Tunisie n’en accueille que 0,7%, l’équivalent de 2.500 bateaux par an.

Une autre faiblesse : le ratio d’équipement dans notre pays est des plus faibles de la région, seulement 0,25 bateau par 1.000 habitants.

Pourtant, les enjeux économiques de cette activité sont énormes. Plusieurs études chiffrent à plus de 20 millions de dinars par an les recettes que la Tunisie pourrait en tirer à travers l’accroissement du chiffre d’affaires de ses ports de plaisance, les services générés par cette activité et les dépenses locales des plaisanciers étrangers. Quant aux impacts financiers globaux, les études estiment à 200 millions de dinars les recettes qui pourraient être générées par la location, les acquisitions immobilières, la gestion des ports, les services nautiques. Au plan social, le nombre d’emplois que l’activité de plaisance pourrait générer est évalué à environ 15.000 sur dix ans.

Notre pays, qui aspire à attirer environ 5% des navigateurs en Méditerranée au cours des dix prochaines années, contre moins de 1% actuellement devrait faire un remue-ménage dans  le système d’octroi des autorisations et assouplir les mesures en vigueur qui sont complexes et entravent même le développement de ce secteur qui revêt une importance particulière pour le tourisme et l’économie nationale. La solution passe donc par l’augmentation de la capacité d’accueil dans les ports de plaisance tunisiens (3.500 anneaux d’amarrage actuellement), l’amélioration des infrastructures et des services fournis aux plaisanciers, tout en accordant une attention particulière à l’aspect environnemental ainsi qu’au développement des législations régissant cette activité.

Le développement de l’infrastructure vétuste de certains ports de plaisance et son financement sont aussi un autre défi que l’Etat peut relever grâce aux acteurs privés, étant donné la rentabilité du secteur».

Il est indispensable de revoir aussi la gouvernance des ports de plaisance, via la réduction du nombre d’acteurs actuellement estimés à dix-sept. De telles réformes favoriseront une augmentation de 1,5% du PIB, ce qui impactera positivement l’économie et la création d’emplois puisque chaque anneau d’amarrage nécessite dix emplois directs et indirects.

Ces mesures ne manqueront pas de stimuler le marché des bateaux de plaisance, un créneau qui a de beaux jours devant lui. Les chances de la Tunisie de promouvoir cette filière et d’attirer des plaisanciers étant réelles.

  

  • Bisbille et grincement de dents

    Les Tunisiens ont poussé un ouf de soulagement dès que l’affaire de l’envoi des jeunes au …
  • Il est réciproque ou il ne l’est pas

    L’air du chant national sonne invariablement à 8h00 du matin dans les établissements scola…
  • Sans scrupules !

    LE coût de la vie devient de plus en plus cher à tous les niveaux. Et de plus, l’indisponi…
Charger plus d'articles
  • Bisbille et grincement de dents

    Les Tunisiens ont poussé un ouf de soulagement dès que l’affaire de l’envoi des jeunes au …
  • La sagesse syndicale

    Après Fitch Ratings, voilà une autre agence de notation internationale, Moody’s, qui quali…
  • L’honneur de la politique

    Le décret-loi sur l’organisation des élections législatives et celui convoquant les électe…
Charger plus par Chokri Ben Nessir
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire