Il n’a que 37 ans. Pour un gardien de but, il est censé être à la maturité de sa carrière. Aymen Mathltouhi a décidé de prendre sa retraite au moment où il a encore à donner, notamment pour son club.

Jusqu’ en 2019, il faisait encore partie du Club Tunisie. Mais à force de manquer de volonté, il a fini par sortir du cercle des internationaux après avoir perdu, dans un  premier temps, sa place de premier gardien de l’équipe de Tunisie au profit de Moez Hassen et de Farouk Ben Mustapha. A l’Etoile, aussi, Aymen Mathlouthi a fini par perdre son rang de gardien numéro Un. Et si Achref Krir et Rami Gabsi n’ont pas réussi à prendre la relève, Ali Jemal, lui, est sur la voie de l’être, même si, la saison dernière, il fut remplacé par Mathlouthi quand besoin y était. Et à vrai dire, quand il s’y mit, l’ancien gardien numéro Un de l’équipe de Tunisie a démontré qu’il a encore de beaux restes. En témoignent ses rares apparitions la saison écoulée.

Une décision hâtive !

A 44 ans, la légende vivante, Gianluigi Buffon, est toujours actif. Certes, Buffon a pris sa retraite internationale en 2018, mais il est toujours là. Il est retourné à Parme où il a débuté sa carrière senior. Pour un gardien de but, jouer jusqu’ 44 ans, c’est le couronnement d’une longévité. Quarante ans étant la moyenne d’âge pour songer à prendre sa retraite.

Aymen Mathlthouthi devra prendre Buffon pour exemple. Le gardien étoilé vient de prendre la décision de raccrocher les crampons alors qu’il n’a que 37 ans. Pour un gardien de but, il est censé être à la maturité de sa carrière. Aymen Mathltouhi en a décidé autrement au moment où il a encore à donner, notamment pour son club. Il peut même retrouver son rang d’international, à condition d’avoir la volonté et de se mettre au travail.

Sortir par la grande porte

En décidant de prendre sa retraite maintenant, c’est la «petite porte» de sortie que prend Aymen Mathltouthi. Du côté de la direction de l’Etoile, on souhaite qu’il rallonge son parcours d’une saison et qu’on lui prépare par la suite un jubilé pour célébrer son départ. Selon nos informations, Aymen Mathlouthi doit s’entretenir avec Othman Jenayah, si ce n’est déjà fait. Le président du comité directeur provisoire de l’ESS veut le convaincre de rester, le club ayant besoin de joueurs-cadres pour justement encadrer le vestiaire à une période des plus critiques que traverse le club. Sur le plan personnel, Mathlouthi doit songer à retrouver son rang d’international. Participer à la Coupe du monde au Qatar constituerait sans doute une belle apothéose pour sa carrière. En suivant un travail spécifique de remise en forme, avec du sérieux et de la volonté de rebondir pour mieux terminer sa carrière, pour un gardien de but qui a 37 ans, retrouver la condition physique nécessaire pour être compétitif n’est pas chose impossible. Quant aux réflexes, ils se retrouvent au bout de quelques matches. A l’intéressé d’y penser : quelle porte de sortie veut-il prendre ? La petite ou plutôt la grande ? A lui de choisir.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire