Ces événements traiteront de différentes thématiques relatives aux défis du développement en Afrique et feront la part belle à l’innovation. L’objectif est d’influencer la prise de décision politique et d’approfondir le débat. 

Le comité national d’organisation de la Ticad 8 a tenu hier une conférence de presse, à la Cité de la culture pour présenter le programme des événements parallèles officiels qui se  tiendront en marge de la Conférence de Tokyo sur le développement en Afrique. 

Troisième composante de la Ticad, ces événements parallèles constituent, selon M. Kais Darragi, coordinateur général de la Ticad 8, «une plateforme qui permet de faire entendre la voix de la société civile. L’objectif étant  d’influencer la prise de décision politique mais aussi de débattre des thématiques d’une façon plus approfondie». Avec 14 événements parallèles officiels qui auront lieu du 19 août au 2 septembre en format hybride (le nombre de participants en présentiel est réduit pour des raisons sanitaires), le programme est riche et varié et «fait la part belle à l’innovation», précise Mme Moufida Jaballah, présidente du comité de suivi, de la thématique et de l’organisation des événements. 

Dans la même veine que les orientations générales de la Ticad 8 

Portant sur différentes thématiques  qui traitent des défis du continent africain dans les domaines social, environnemental, technologique, économique etc, les événements parallèles offrent l’opportunité aux experts, au secteur privé  et aux acteurs de la société civile d’être une force de proposition et de contribuer au débat sur le développement de l’Afrique. «Les événements parallèles sont une partie intégrante de la Ticad et constituent un espace de débat qui permet de faire entendre la voix de la société civile mais également des experts de divers domaines, et ce, afin d’enrichir le débat et mettre l’accent sur les priorités de la société civile dans les donaines de l’environnement, des technologies , de l’autonomistaion de la femme, de l’entrepreneuriat etc», a souligné M. Darragi.

Mme Jaballah a, de son côté, précisé que  les thématiques sur lesquelles portent les événements parallèles s’inscrivent dans la même veine que les orientations  générales de la Ticad 8  qui préconisent une appropriation par les pays africains de leurs processus de développement,  et ce, dans un cadre participatif et inclusif qui implique ses partenaires. Et d’ajouter que «le programme des événements parallèles donne une image positive d’une Afrique prometteuse qui aspire à s’intégrer dans les chaînes de valeur mondiales de la production, de la recherche scientifique, de l’innovation et des technologies et braquent les lumières sur les success stories dans divers domaines».  

De son côté, M. Jalel Tabib,  président de l’unité d’organisation des événements parallèles, a donné une présentation détaillée du programme. Il a fait savoir que ces événements ont été organisés par des structures publiques dans collaboration avec le secteur privé et la société civile. Ils se dérouleront dans plusieurs lieux à Tunis, principalement à la Cité des sciences et à la Cité de la culture. Des événements phares qui porteront sur l’innovation, les activités spatiales et la transition énergétique verront la participation des experts internationaux et seront un espace de partage et d’échange d’expériences. «L’objectif est de mettre l’accent sur la compétitivité de la Tunisie», a-t-il indiqué. 

Trois composantes 

Soulignant que la Ticad est un processus continu que la Tunisie va poursuivre jusqu’en 2025, M. Darragi a expliqué que les recommandations qui découlent de ces débats seront remises à la Ticad et seront suivies à travers des mécanismes de suivi établis.  

Par ailleurs, le  coordinateur général de la Ticad 8 a rappelé les trois composantes de la Ticad 8, à savoir la composante politique, le forum économique et les événements parallèles. S’agissant de la composante politique, elle consiste en une rencontre politique présidée par le Japon et qui réunit les diverses  délégations officielles participantes ainsi que celles des institutions internationales co-organisatrices. Lors de cette rencontre, il est question de débattre des principaux défis auxquels fait face le continent africain mais aussi des solutions participatives qui prennent en considération les priorités du continent et  sa vision vis-à-vis de ces défis. Quant au forum économique, il va réunir  les secteurs privés japonais et africain. «Depuis la Ticad 7, ce forum revêt une dimension stratégique étant donné le rôle important que joue le secteur privé dans le développement, la croissance et l’exploitation du potentiel d’investissement en Afrique», a-t-il souligné.  

Il est à noter que les liens des événements parallèles sont disponibles sur le site  www.ticad8.tn. La participation en ligne est ouverte au grand public.

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire