Dans une rencontre informelle avec les médias, le ministre de l’Intérieur a répondu avec un franc-parler et sans détour aux interrogations des journalistes sur les questions brûlantes qui interpellent l’opinion publique.

Le ministre, qui a préféré s’asseoir à côté des représentants des médias, a laissé ses équipes répondre en premier pour intervenir personnellement quand ils butaient — droit de réserve oblige — sur des affaires sensibles.

A cet effet, les journalistes ont demandé des explications sur la saisie d’armes et de munitions hier matin à Ben Guerdane.  Houcem Jbebli, porte-parole de la Garde nationale, a indiqué à ce propos qu’il s’agit d’une opération « préventive » qui a eu lieu hier, 1er septembre, à l’aube. Il a révélé que les unités du pôle antiterroriste et l’unité spécialisée de la Garde nationale de la ville de Ben Guerdane, dans le gouvernorat de Médenine, ont pu découvrir une importante quantité d’armes et de munitions comprenant 11 kalachnikovs, 14 magasins de munitions et 4.400 cartouches de calibre 7.62. Il a signalé que deux contrebandiers agissant pour le compte d’organisations terroristes ont été interpellés lors de cette opération.

Ce n’est pourtant pas le seul succès sécuritaire enregistré lors de ces derniers jours puisque le 27 août 2022, jour de l’ouverture du sommet de la Ticad 8 dans notre pays, un individu a forcé avec son camion les barrages policiers. « Il a été interpellé sur-le-champ », a indiqué le ministre de l’Intérieur. L’homme, qui selon la version du ministre, souffrait de troubles psychiatriques et était dans une phase avancée d’une maladie grave, a essayé de se débarrasser de la carte SIM de son téléphone. « Les unités sécuritaires, toutes spécialités confondues, avaient passé au peigne fin la scène du crime et sont parvenues à retrouver la puce qui a été transmise aux services concernés pour analyse », a révélé le ministre. 

Evoquant le crime organisé, Fraj Ben Brahim, directeur des opération au ministère de l’Intérieur, a souligné que cette question nécessite l’intervention de toutes les parties. Il a, à cet effet, affirmé que de janvier à fin juillet 2022, il a été enregistré 25.542  dont 14.360 actes de vol à l’arraché. Il a ajouté que la stratégie de lutte contre ce fléau consiste à équiper les villes de caméras de surveillance.  En ce qui concerne le trafic de stupéfiants, il a souligné que sur 1.439 affaires, 96% ont été couronnés de succès et que 6.931 personnes ont été interpellées dans ce cadre. 

Le ministre a fait remarquer à ce propos que l’élévation du nombre de divorces à 13.000 cas par an est l’une des causes derrière l’atomisation des foyers et de l’abandon des enfants et des jeunes adolescents qui vont à la dérive et la délinquance. 

Des feux qui ravagent tout

Les incendies qui se sont déclarés cet été ont été un autre axe du débat. A cet effet, les unités de la Protection civile ont éteint, du 1er juin  à fin août, 334 incendies contre 308 pour la même période de l’année dernière. Mais le chiffre depuis le début de l’année à fin août est colossal puisqu’il s’agit de 13.287 incendies et feux de forêt qui ont nécessité l’intervention des pompiers. Le porte-parole n’a pas cependant écarté la piste criminelle, soulignant que les incendies enregistrés cette année sont des actes provoqués, assurant que les enquêtes sont en cours pour déterminer les tenants et les aboutissants de ces incidents.

En matière d’émigration irrégulière, les garde-côtes sont parvenus, du 1er au 30 août, à faire avorter 409 tentatives de traversée vers l’Italie et l’interpellation de 4.608 personnes dont 2.314  étrangers. Il s’est avéré que parmi les personnes arrêtées,
72 étaient recherchées pour des délits de droit commun et 14 salafistes.

Moins de morts sur les routes

Mourad Jouini, président de l’Observatoire national de la sécurité routière, a indiqué pour sa part que la stratégie nationale de lutte contre les accidents de la route vise à faire baisser le nombre de décès à 15% par rapport à 2019. Il a, à cet effet, fait savoir qu’au 15 août, ce taux a été rapporté à -24% et que le nombre de décès s’est stabilisé à – 35%.

Interrogé sur sa décision de suspendre les prélèvements des salaires des agents de sécurité, au titre de l’adhésion à des syndicats sécuritaires, à partir du mois de septembre, le ministre de l’Intérieur a expliqué que sa décision a été prise car il n’y avait aucun texte qui organisant cette pratique. Il a fait part de son inquiétude de voir les prélèvements atteindre la somme de 34 millions de dinars des salaires des adhérents depuis le début de cette année et qui peuvent se situer à 40 millions de dinars à fin août. Il a indiqué qu’il y a de fortes présomptions de mauvaise gestion et a noté qu’un mandat de dépôt a été émis contre deux syndicalistes, suite à cette infraction.   Pour lui, «il n’est pas question de garder le silence face à cette situation d’infraction à la loi, sinon on deviendra complice dans cette affaire», a-t-il expliqué.

Sur un autre plan, Taoufik Charfeddine a affirmé que contrairement aux rumeurs qui circulent, il ne postule pas au poste de chef de gouvernement. « J’ai beaucoup de respect pour  Mme Bouden qui fait un excellent travail que je ne saurai pas faire », a-t-il souligné affirmant dans le mêle sillage qu’il n’a pas d’ambitions politiques. « Je n’ai pas d’ambitions politiques, je veux juste servir mon pays », a-t-il indiqué.

Le débat a aussi porté sur la rentrée scolaire et les moyens déployés pour la sécurisation des périmètres des écoles et lycées, la lutte contre la spéculation et bien d’autres sujets d’intérêt national.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri Ben Nessir
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire