La localité de Souihel est totalement abandonnée. Des tonnes d’ordures évacuées de maisons en ruine forment des montagnes au bord de la seule route principale qui mène vers les hôtels. Les rixes et les querelles sont monnaie courante chaque matin entre les citoyens qui déversent les ordures sur le trottoir. Les responsables du parc municipal ne répondent jamais au téléphone. Le secrétaire général donne raison aux citoyens, mais ne fait rien

Quelques années en arrière, Zarzis renfermait une seule commune et disposait de 12 tracteurs et une tractopelle, en tout et pour tout. Un parc très limité qui couvrait les cinq arrondissements de la ville. Et malgré cela, elle avait obtenu, à deux reprises, le prix de la présidence de la République pour la propreté.

A l’heure actuelle, la ville est divisée en deux communes, en plus du sous-traitant chargé de la propreté dans la zone touristique et au centre-ville et un autre qui taille les arbres et les palmiers, sans compter les équipements fournis par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Unhcr).

En dépit de l’amélioration des moyens et le nombre d’employés qui s’est renforcé, tout le monde se plaint de la saleté de l’environnement.

En effet, l’arrondissement de Souihel, qui contient quatre cafés-restaurants de haut standing, est le plus prisé et fréquenté par les estivants, mais il n’est plus comme avant. Et le maire de la ville n’a pas tort quand il a avoué clairement: «Ça me fait mal au cœur quand je passe par-là !», après quatre ans d’exercice !

Cette localité est totalement abandonnée. Des tonnes d’ordures évacuées de maisons en ruine forment des montagnes au bord de la seule route principale qui mène vers les hôtels. Les rixes et les querelles sont monnaie courante chaque matin entre les citoyens qui déversent les ordures sur le trottoir. Les responsables du parc municipal ne répondent jamais au téléphone. Le secrétaire général donne raison aux citoyens mais ne fait rien ; autrement dit il ne détient pas la vanne, d’après leurs dires. Rien n’a été fait, non plus, aux alentours des institutions scolaires qui se préparent pour la rentrée.

Dans cette situation, comment voulez-vous que les chiens errants ne prolifèrent pas ? Et comment voulez-vous que les étrangers ne mettent pas leurs maisons en vente ? A leur tour, nos compatriotes qui rentrent en été ne cachent pas leur mécontentement envers le conseil municipal composé seulement de quatre ou cinq personnes actives.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire