Toutes les personnes convoquées dans le cadre de l’affaire de l’envoi des jeunes dans les zones de conflit comparaîtront, ce mercredi, devant le parquet du pôle judiciaire antiterroriste.

C’est ce qu’a indiqué Moktar Jamaaï, membre du collectif de défense, mercredi, dans une déclaration à l’agence TAP.

Rached Ghannouchi, président du mouvement Ennahdha, et Habib Ellouze, dirigeant du parti, comparaissent en liberté. Ali Larayedh, vice-président d’Ennahdha se présente au pôle alors qu’il est déjà en garde à vue depuis lundi, a-t-il ajouté.

D’après lui, le parquet près le pôle judiciaire antiterroriste se trouve devant trois situations : classer l’affaire et renvoyer le dossier au premier juge d’instruction pour compléter l’enquête, ce qui implique la libération de tous les gardés en vue ; ouvrir une information judiciaire ou dessaisir le parquet du dossier et charger le juge d’instruction de l’émission de mandats judiciaires en cas de besoin.

Rached Ghannouchi, Ali Larayadh ont été convoqués pour comparaître, lundi, devant l’Unité nationale de recherches dans les crimes terroristes et du crime organisé touchant l’intégrité territoriale, à la caserne de Bouchoucha.

Lundi, le ministère public a décidé de placer Ali Larayedh en garde après avoir été entendu par cette unité. Il comparaît en sa qualité d’ancien chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur, selon les avocats de la défense.

Rached Ghannouchi a été auditionné mardi 20 septembre après report de son audition, à la demande du collectif de défense.

De son côté, Habib Ellouze, dirigeant d’Ennahdha, a été entendu mardi matin et laissé en liberté.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire