L’ambassadeur de France en Tunisie, André Parant, a présidé la cérémonie de pose de la première pierre du futur Institut français de Sousse, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée de septembre 2023.

Ce nouveau local, qui s’accommode dans l’ancienne école française Guy de Maupassant de Sousse, est directement rattaché à l’Institut français de Tunisie et abritera des espaces culturels et éducatifs.

Le bâtiment comportera une médiathèque, une salle de cinéma, une salle d’exposition, des bureaux Campus France, des salles de cours de langue et une cafétéria, et est destiné à un large public de jeunes, étudiants, artistes et associations.

Cet événement s’est tenu en présence du gouverneur de Sousse, Nébil Ferjani, du maire de la ville, Mohamed Ikbel Khaled, et des actifs du secteur culturel et universitaire de Sousse.

Cet événement s’est tenu en présence de l’ambassadeur de France en Tunisie, André Parant, du gouverneur de Sousse, Nébil Ferjani, du maire de la ville, Mohamed Ikbel Khaled, et des actifs du secteur culturel et universitaire de Sousse.

Dans le cadre de cette cérémonie, l’ambassadeur André Parant a exprimé son allégresse envers l’amitié entre la France et la Tunisie, a affirmé que ce nouvel institut forgera encore plus les relations entre les deux pays et a précisé que «c’est plus qu’un institut français, c’est plutôt un institut franco-tunisien».

Il a ajouté que cet institut a pour objectif de disposer d’espaces et de services pour les habitants de la ville et d’être accessible pour le grand public qui y trouvera un lieu de culture et d’échange.

Le gouverneur Nébil Ferjani a, pour sa part, affirmé que ce nouvel institut est une ouverture sur de nombreux domaines, institutionnels, politiques, sociaux et culturels, et permettra la création de nouveaux emplois. «Le gouvernorat de Sousse est un terrain propice pour les échanges, et un tel projet rentre dans le cadre d’un processus de coopération internationale. Nos compétences locales et régionales constituent une fierté dans l’investissement de notre capital humain», a-t-il annoncé.

Le maire de la vile de Sousse, Mohamed Ikbel Khaled, a ajouté que cet institut représentera un comptoir au service des habitants, dans le cadre d’une vision du multiculturalisme et de réconciliation de la ville avec sa nature. Il a annoncé que ce projet se veut d’être exemplaire sur le plan énergétique avec un bâtiment écologique, et ce, en s’investissant dans une menuiserie durable, des panneaux photovoltaïques et en conservant des oliviers et des arbres emblématiques.

Charger plus d'articles
Charger plus par Emna Soltani
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire