Dans leur manière de s’exprimer et dans leurs différentes interpellations, certains hommes politiques ne sont pas aujourd’hui mieux perçus qu’hier. Ils n’ont pas compris, et ils ne comprendront certainement jamais, qu’il leur est inutile de raisonner à l’envers en cherchant à aveugler l’opinion publique. Leurs plaidoiries, leurs discours ou encore leurs réquisitoires sont assez symptomatiques de la manière avec laquelle ils appréhendent l’action politique. Comment pourraient-ils être autrement, ou bien aspirer à mieux, alors qu’ils ne donnent point l’impression de pouvoir retenir les leçons du passé et encore moins changer et évoluer ?    

Maintenus en liberté dans l’affaire d’envoi des jeunes dans les zones de conflits, et spécialement en Syrie, en Irak et en Libye, les dirigeants d’Ennahdha crient inlassablement victoire… 

Ils affichent encore et toujours trop de carences pour aborder les prochains jours en confiance et convaincre les Tunisiens. Une décennie durant, ils ont fait un fort mauvais usage des notions et des valeurs politiques. Inexistants dans les moments difficiles, effacés face aux problèmes majeurs des citoyens, incapables de se frayer un rôle dans un environnement qui ne leur appartient plus et dont ils ignorent aujourd’hui la raison d’être, ils accusent un déficit de confiance et de crédibilité évident. Le tout sous les yeux des Tunisiens et des Tunisiennes qui ont le moins contribué à l’échec de la période post-révolution, mais qui en paient les frais. Ceux qui se revendiquent aujourd’hui dans la peau de héros après avoir été maintenus en liberté, ne sauront faire disparaître magiquement les réalités auxquelles ils s’étaient identifiés en brandissant tout simplement le V de la victoire. Un geste regrettable aussi bien pour les réactions qu’il suscite, que pour la pensée simpliste qui l’a  déclenché, pensée témoignant d’un rétrécissement de la conscience politique à des formes inarticulées.

Sans faire de mauvais jeux de mots, on ne compte plus les échecs. D’ailleurs, rien n’est rassurant, ni rassuré pour le mouvement islamiste. Et ne parlons plus surtout de l’opération reconquête des cœurs par les fausses évidences, qui n’est plus aujourd’hui qu’un vœu pieu au regard de tout ce qui a été dévoilé et ce qui reste encore à révéler.

Finalement, quelles perspectives pour un mouvement islamiste de plus en plus rejeté dans les débats publics ? Quelles ressources et quels moyens pour rebondir et se réhabiliter ? Quelle stratégie et quel programme d’action pour reconquérir la confiance des Tunisiens ?

Dans tout ce qu’ils entreprennent, les dirigeants nahdhaouis doivent comprendre que toute disculpation passe nécessairement par la confiance. Et comme les paroles et les intentions dépassent souvent les actes, l’horizon n’est pas bien distinct et les perspectives ne cessent de s’éloigner.

Charger plus d'articles
Charger plus par Jalel MESTIRI
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire