Le spectre d’une campagne agricole compromise semble s’éloigner. Après l’absence de la pluie qui a semé le doute  chez les agriculteurs, les dernières pluies d’automne, qui se sont abattues depuis le début du mois de septembre sur pratiquement tout le Nord et le Centre- Est du pays, ont créé un climat d’optimisme parfait et un moral au beau fixe.  Mais ce sont surtout les bonnes quantités enregistrées dans plusieurs régions qui ont rendu l’espoir, d’une part, sur le plan de l’alimentation en eau potable des populations et, d’autre part, sur les besoins d’irrigation des périmètres agricoles, d’autant plus les prévisions météo font cas de l’arrivée prochaine d’autres épisodes pluviométriques. Les agriculteurs ne manifestent actuellement plus le doute qui les a perturbés depuis quelques mois afin d’activer l’opération des labours et semailles au moment opportun. Maintenant, cette nouvelle pluviométrie a donné satisfaction et une grande confiance aux fellahs.

Nombreux sont les agriculteurs à avoir manifesté leur espoir après les dernières précipitations. Ils espèrent que ces chutes continuent pour sauver la saison agricole de l’effet de la sécheresse qui la guette. Quant aux céréaliers, ils demeurent les plus heureux et soulignent déjà que les quantités de pluie ces derniers jours, même insuffisantes, peuvent donner un peu de tonus au sol pour recevoir les semailles et les aider à germer et également aux futures récoltes.

Avec ces bonnes prévisions, on s’attend à ce que la moyenne nationale de remplissage de l’ensemble des barrages connaisse un bond considérable.

D’après les statistiques fournies, les ressources en eau retenues dans les barrages ont atteint, jusqu’au 13 septembre 2022, près de 13,351 millions de mètres cubes, baissant ainsi de 23.085 millions de mètres cubes par rapport à la moyenne de cette période de l’année, estimée à 36.436 mètres cubes.

Selon l’Observatoire national de l’agriculture, le taux de remplissage des barrages a atteint près de 33.3% portant les réserves globales à 772,166 millions de mètres cubes contre 728.127 millions de mètres cubes durant la même période de l’année précédente.

Selon les régions, le taux de remplissage des barrages est estimé  à 42,9% (11,224 millions de mètres cubes)dans le nord, 20.9% (deux millions de mètres cubes) dans le centre et 16.9% (0.128million de mètres cubes) au Cap Bon.

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire