Toute en couleur avec une dominance du jaune, l’Avenue Bourguiba à Tunis a vécu, le week-end dernier, un événement unique: le «K-Pop Maghreb Festival» qui s’est tenu sur une journée pour le bonheur des jeunes fans de cette culture pop asiatique très en vogue.
Les jeunes danseurs et danseuses au rythme de la musique K-Pop coréenne viennent de diverses régions tunisiennes pour cette première édition du K-pop Maghreb. Ils sont issus des grandes villes du Sud, du Sahel jusqu’au Nord, répandant une joie de vivre exceptionnelle en ce week-end de fin de juin. Des groupes de filles et de garçons se sont produits sur scène dans des chorégraphies uniques sous des sonorités de la musique K-Pop.
La tranche d’âge des fans de ce phénomène culturel du K-Pop en Tunisie est souvent entre 12 et 25 ans, sachant que cet art est aussi largement apprécié en région arabe et même en Occident. Les chorégraphies ont débuté en fin de matinée en présence de jeunes dont le look est assez soigné et inspiré de leurs idoles en Corée du Sud. Ils sont venus danser sur des sonorités coréennes qui sont souvent une fusion séduisante entre genres musicaux, entre rock, hip-hop et R&B.
Parmi de belles chorégraphies assez synchronisées, une chorégraphie retient l’attention, celle de danseuses venues de Sfax. Toutes vêtues en jaune et blanc, elles sont membres d’«Angel club» qui est dirigé par la jeune Oumaima Chraita. Rencontrée à l’issue de sa prestation, Chaima Majjadi (15 ans), membre du club, retenait à peine son souffle après une danse assez rythmée avec ses coéquipières. Elle fait partie de ce club assez actif qui se produit dans diverses régions du pays et qui regroupe au total près de 85 jeunes filles pratiquant tous types de danse asiatique dont la K-POP coréenne.
Tous les partenaires tunisiens et coréens de cet événement étaient là. A rappeler qu’il s’agit d’un festival organisé en partenariat entre l’ambassade de la République de Corée du Sud à Tunis, la municipalité de la ville de Tunis, et plusieurs partenaires privés. L’école spécialisée dans l’apprentissage de la langue coréenne, parmi d’autres langues, «First Leading Consulting» est le principal partenaire de cet évènement.
Hamed Kharraz, fondateur et dirigeant de «Business manager First Leading Consulting», a indiqué que l’idée de ce festival est de rassembler les fans du K-pop en Tunisie autour de la musique, la danse et la culture. Ils représentent d’ailleurs, selon lui, le plus grand nombre sur la région Maghreb. Il a estimé le nombre du public présent à 1200 personnes, précisant qu’au terme des représentations, des prix sont décernés à trois gagnants parmi les danseurs et danseuses solo et autant pour les chorégraphes en groupe. Les prix sont sous forme de chèques et de CD de célèbres idoles K-pop, indique-il sans donner plus de détails.
La partie coréenne est représentée par Jong Hyun Ji, responsable culturelle à l’ambassade de la République de Corée du Sud à Tunis. Selon elle, la tenue de cet événement «répond à la forte demande des jeunes tunisiens qui en raffolent et vise ainsi à les encourager à pratiquer davantage cette danse avec le soutien de l’ambassade et ses différents partenaires».
Présentant, le K-Pop, elle évoque une «culture populaire coréenne qui rassemble toutes les formes d’art comme la musique, le cinéma et la danse». En Tunisie, beaucoup de jeunes «s’intéressent de plus en plus à la danse K-POP assez rythmée et dynamique», dit-elle. Elle souligne que cet événement qui «coïncide avec la célébration du 50e anniversaire des relations diplomatiques tuniso-coréennes émane aussi d’une volonté de propager la culture K-Pop en Tunisie».
S’adressant aux jeunes fans présents, Cho Koo Rae, ambassadeur de la République de la Corée du Sud à Tunis, a exprimé son admiration pour la jeunesse tunisienne. Il a dit apprécier «le talent, le cœur et l’esprit assez purs de cette jeunesse sans laquelle il n’a pas été possible d’organiser cet événement». «Au-delà de la compétition, cette manifestation constitue un moment de joie et de divertissement pour une découverte de la Culture K-Pop», a-t-il ajouté.
La Maire de Tunis, Souad Abderrahim, a salué tout «cet élan de joie chez la jeunesse et leurs parents réunis autour d’un même événement «. Elle a exprimé la volonté de faire de l’Avenue Bourguiba «un espace d’animation pour toutes les formes d’art et les cultures».
La Maire de Tunis a évoqué une action s’inscrivant dans le cadre de ce qu’elle qualifie de «diplomatie locale ou diplomatie des municipalités pour davantage de partage entre les cultures et les civilisations dans une Tunisie qui favorise l’ouverture à autrui, tout en préservant sa spécificité culturelle».  En ce dimanche, la Capitale célèbre la musique sur une avenue sans voitures, une tradition qui est d’ailleurs maintenue tous les dimanches tout au long de l’année.
Le K-Pop Festival constitue une première sur la zone Afrique du nord abritant une large communauté K-Pop parmi les jeunes souvent des écoliers, des lycéens et même des étudiants à l’université qui se produisent dans le cadre de «boys band» ou «girls band».
Depuis 2010 le nombre d’adeptes de ce genre de musique assez répandu n’a cessé d’évoluer avec des visionnages records sur les plateformes internet de musique. A l’image du Pop occidental, il s’agit d’une musique asiatique assez connue dans le monde depuis les années 1960 et qui a connu son apogée vers les années 2000.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire