Hier, les partenaires sociaux ainsi que le gouvernement ont célébré un événement inédit : les journées nationales « consommons tunisien » qui se dérouleront sur trois jours, du 26 au 28 juin, au Parc des expositions du Kram à Tunis. Organisée pour la première fois par le ministère de l’Industrie et des PME, cette première édition se veut un point de départ pour un nouveau rendez-vous annuel qui met à l’honneur le produit local. Les journées nationales « consommons tunisien » ont été inaugurées, hier par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, accompagné du ministre de l’Industrie et des PME, Slim Feriani, en présence de Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Ugtt, du président de l’Utica, des ambassadeurs des pays étrangers et des membres du gouvernement.

Des décisions encourageant la consommation locale 

En cette occasion, le chef du gouvernement a annoncé dans son mot d’ouverture un ensemble de mesures décidées incitant à la consommation du produit local, à savoir la reconnaissance officielle de la date du 26 juin comme journée nationale pour la promotion de la consommation du produit industriel local, et l’an 2020 une année de promotion de la consommation du produit industriel tunisien ;  l’estampillage des produits fabriqués en Tunisie par le hashtag # 619 pour les distinguer des produits importés et faciliter ainsi leur repérage par le consommateur tunisien ; l’enseignement d’une nouvelle discipline « culture de la consommation locale » pour les générations futures à partir de l’année scolaire 2020/2021 ; la modification des réglementations des marchés publics de manière à prendre en compte l’évolution du prix du change du dinar afin de prémunir les entreprises tunisiennes contre les risques qui leur sont inhérents et, enfin, la conclusion de contrats de partenariat public-privé actant l’approvisionnement des entreprises publiques les plus imposantes en produits d’origine tunisienne.

 Une culture à ancrer

De son côté, Slim Feriani, a  souligné que seulement 30% des Tunisiens favorisent la consommation des produits locaux tandis que 10% uniquement des consommateurs tunisiens connaissent le code à barre 619 qui est spécifique à l’origine de fabrication tunisienne. A cet effet, il a affirmé qu’en dépit de la faiblesse de ces taux, elle constitue néanmoins un important potentiel de croissance. « Il suffit de doubler ces chiffres pour accuser un saut de croissance considérable », a-t-il expliqué. Le ministre de l’industrie et des PME a souligné que l’objectif de cet évenement est de braquer les lumières sur la qualité et la compétitivité du produit local mais également de regagner la confiance du consommateur tunisien et d’une manière générale l’acheteur en le produit fabriqué en Tunisie. Il a ainsi affirmé qu’un regain de confiance des investisseurs et acheteurs étrangers en le produit tunisien a été, récemment, enregistré. Par ailleurs, Feriani a noté que plus de 150 exposants participent à cette première édition qui sera ouverte  au grand public à partir d’aujoud’hui.

Le soutien du syndicat des travailleurs

Avant de passer la parole à Majoul, Noureddine Taboubbi, a affirmé que sa participation à cet événement inédit témoigne de l’intime conviction du syndicat des travailleurs du rôle de la promotion de la consommation du produit tunisien dans l’amélioration de la croissance économique ainsi que de la santé de l’économie nationale. A cet égard, il a souligné que l’accroissement de la demande intérieure sur le produit tunisien, notamment dans cette conjoncture économique difficile, est l’un des moyens efficaces pour lutter contre le déficit abyssal de la balance commerciale mais aussi pour l’amélioration de la compétitivité des entreprises nationales qu’elles soient privées ou publiques. « Consommons Tunisien est un slogan de souveraineté nationale », a martelé Taboubi.

Le secrétaire général de l’Ugtt, a par ailleurs, mis l’accent sur la nécessité d’enraciner la culture du dialogue national, la responsabilité sociétale et environnementale de l’entreprise et le développement durable pour faire face aux enjeux politiques et socio-économiques auxquels la Tunisie est confrontée. Par ailleurs, il a appelé à encourager la consommation du produit local dans tous les domaines, notamment culturelle pour ancrer l’identité et le patrimoine tunisiens.

Du pain sur la planche …

De son côté, Samir Majoul a souligné que, de par son importance dans la relance de l’économie nationale, la consommation du produit tunisien ne doit pas être conjoncturelle ou suite à une décision administrative mais elle  doit plutôt émaner d’un sentiment responsable pour encourager l’industrie nationale. A cet égard, le président de l’Utica a fait savoir que la commercialisation du produit local dans le marché intérieur fait désormais face à maintes difficultés, en l’occurrence la concurrence déloyale par les produits imités et le marché parallèle. A cet effet, il a appelé les autorités à prendre les mesures nécessaires pour y faire face, via notamment, l’application de la loi afin de lutter contre la contrebande et l’importation anarchique, le déploiement d’un surcroît d’efforts pour sensibiliser le citoyen sur les impacts socio-économiques de la consommation des produits fabriqués en Tunisie. En s’adressant à ses pairs, Majoul a exhorté les industriels tunisiens à améliorer davantage la qualité de leurs produits en optimisant les coûts et par conséquent les prix de vente.

Il est à noter que durant l’événement, 15 industriels ont été honorés par le chef du gouvernement en guise d’encouragement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire