Le double attentat perpétré hier, à Tunis, par deux kamikazes ont  secoué l’opinion publique au moment où la saison touristique prend son envol et les indicateurs économiques virent au vert. Les deux attaques ont coïncidé avec un autre événement éprouvant pour les Tunisiens, l’hospitalisation du président de la République. En cette circonstance particulière, le chef du gouvernement a appelé les Tunisiens à l’union et à faire face ensemble au terrorisme. 

Les deux lâches attentats-suicides perpétrés à Tunis ne visaient pas les unités de la police mais toute l’économie du pays. Les deux terroristes sont, en fin de compte, partis en morceaux, et les Tunisiens qui étaient sur place n’ont pas pris la fuite. Ils se sont regroupés pour exprimer leur total soutien aux forces sécuritaires. A Tunis, la vie continue normalement.

Tunis la capitale a été visée hier 27 juin par deux opérations terroristes perpétrées par deux kamikazes presque à la même heure et selon le même modus operandi. La première a eu lieu à 10.50 au niveau de la rue Charles-de-Gaulle à proximité d’une ronde policière alors que la deuxième a eu lieu dix minutes plus tard en face de l’entrée arrière du siège de la police judiciaire à El-Gorjani où siège l’unité de lutte contre le terrorisme relevant de la direction générale des services spécialisés qui a réussi à démanteler plusieurs cellules terroristes ayant prêté allégeance à Daech au cours de ces derniers mois.

Selon une source sécuritaire se trouvant sur place au moment de l’attentat, le corps du kamikaze de la rue Charles-de-Gaulle a été déchiqueté sous l’effet de la charge explosive, ajoutant qu’un agent de la police municipale âgé de 27 ans, enfant unique et habitant avec sa mère à Sidi Hassine Sejoumi, a trouvé la mort suite à des blessures graves.

D’après la même source sécuritaire, le second terroriste a été aperçu aux alentours du siège de  la police judiciaire à El-Gorjani en train de se déplacer à bicyclette  pour ne pas éveiller les soupçons de la  police. Il a profité de la sortie d’un véhicule de police du parking pour se faire exploser. Les quatre policiers ont subi des blessures sans gravité, a conclu notre source. Au total, une vingtaine de blessés ont été transférés aux hôpitaux de La Rabta, Charles-Nicolle et au Centre  de traumatologie et des grands brûlés à Ben Arous, dont neuf sécuritaires.

Ayant fait le déplacement au siège du ministère de l’Intérieur, le chef du gouvernement a, à cette occasion, appelé les Tunisiens et les forces vives à l’union et à faire face à l’hydre terroriste, rappelant que cette lâche opération terroriste vise à saper la démocratie à quelques mois des élections ainsi que l’économie du pays au moment où la Tunisie s’apprête à accueillir des milliers de touristes. La guerre contre le terrorisme continue jusqu’à l’élimination de tous les terroristes, a-t-il martelé.

Le chef du gouvernement a par ailleurs salué les efforts des unités sécuritaires qui ont fait preuve d’une grande efficacité dans la lutte contre le terrorisme.

Si les dégâts ont été relativement limités lors de ces deux opérations kamikazes perpétrées au cœur de la capitale, c’est parce que les unités de la lutte antiterroriste étaient en alerte en raison de la  menace terroriste qui persiste depuis un bon bout de temps suite notamment aux grandes réussites sécuritaires réalisées en matière de lutte contre le terrorisme, comme le démantèlement de cellules dormantes dans le cadre de l’anticipation et de la prévention et l’élimination de plusieurs terroristes classés très dangereux dont Montassar Ghozlani et les frères Basdouri.

La dernière opération terroriste perpétrée à Tunis remonte à la fin du mois d’octobre 2018 à l’avenue Habib-Bourguiba quand une kamikaze d’une trentaine d’années s’est fait exploser en passant à côté d’une voiture de police en face du Théâtre municipal. Vingt personnes avaient alors été blessées, dont cinq civils.

Sabotage de la station d’émission à Jebel Orbata : Pas de dégâts
La station d’émission radio au mont Orbata dans le gouvernorat de Gafsa a subi, hier vers 3h30, des actes de sabotage commis par des éléments terroristes, a fait savoir le ministère de la Défense nationale, précisant qu’aucun dégât n’est à signaler. « Les unités militaires présentes sur les lieux de l’incident ont riposté dans l’immédiat, obligeant les terroristes à s’enfuir vers la montagne, a encore souligné le département dans un communiqué. Une opération de ratissage a été lancée pour traquer les terroristes, apprend-on de même source.

(Photo : Abdelfettah BELAÏD)

Charger plus d'articles
Charger plus par Samir DRIDI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire