La chambre d’accusation près la Cour d’appel de Sousse a décidé mardi, de maintenir le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, en état de liberté, et ce dans le cadre de l’affaire « Instalingo », a déclaré à l’agence TAP, Sami Ettriki, membre du collectif de défense de Ghannouchi.

Ettriki a précisé que le jugement de la chambre d’accusation de la cour d’appel de Sousse, implique le retour du dossier de Rached Ghannouchi, dans cette affaire, au juge d’instruction près du Tribunal de première instance Sousse 2, pour reprendre les enquêtes.

Pour rappel, le parquet a fait appel, le 11 novembre courant, de la décision du juge d’instruction relative au maintien du président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi en liberté dans le cadre de la même affaire.
En juin 2020, le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire contre 28 personnes en lien avec cette affaire.

Ce chiffre a été revu à la hausse pour concerner 35 suspects dont 10 en détention.

Ils sont accusés d’atteinte au président de la République, de complot contre la sûreté de l’État et d’espionnage.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire