Le président de la République, Kaïs Saïed, s’est rendu, ce soir, mercredi, à la caserne de la garde nationale d’El-Aouina, où il s’est réuni avec des responsables sécuritaires afin de « diligenter l’enquête en cours sur l’affaire du naufrage au large de Zarzis (gouvernorat de Médenine) survenu fin septembre dernier ».

Lors de cette réunion, le chef de l’État a souligné que « des preuves concordantes » font ressortir « nombre d’irrégularités et de manquements », outre des « circonstances inhabituelles » ayant entouré ce douloureux incident dans les opérations migratoires par voie maritime, lit-on dans un communiqué de Carthage.

Le président de la République a réaffirmé à ce titre l’impératif de « faire éclater la vérité, toute la vérité et de tenir pour responsables les personnes impliquées dans ce drame », ajoute la même source.

Les enquêtes liées à ce drame ont fait l’objet de nombreuses rencontres entre le chef de l’État, le chef du gouvernement, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur et le directeur général de la Sûreté nationale.

Lors de ces réunions, le chef de l’État n’a de cesse de souligner la nécessité de parvenir à éclater toute la vérité sur cette affaire et à « respecter la loi et le droit de réserve des personnes en charge de son application ».

Le 18 septembre dernier, les habitants de Zarzis se sont réveillés sur une tragédie lorsque 18 personnes ont péri suite au naufrage d’une embarcation de migration irrégulière au large des côtes de Zarzis.

Un drame qui a provoqué un large mouvement de contestation sociale dans la région.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire