On pensait qu’après la visite présidentielle à la centrale laitière de Soliman, le lait, ce précieux et si rare (en ce moment) aliment naturel, allait faire son grand retour pour la grande joie des consommateurs. Mais non, il n’en fut rien, au grand dam des pauvres citoyens. A sa place, et quand il y en a, et si vous avez la chance d’être au bon endroit au bon moment, c’est le lait entièrement écrémé (à 2d,500 le litre) qui est vendu au compte-goutte.

Pris à la gorge, le consommateur n’a qu’à s’exécuter. Que ne ferait-on pas pour ses enfants. Que Dieu pardonne à ceux qui sont derrière tous ces tracas.

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire