Billet | Au rythme des carences

 

Les professionnels de la filière laitière s’émeuvent d’une énième crise du lait qui demeure introuvable dans tous les points de vente, provoquant de plus en plus une tension  et des bousculades sévères devant les commerces.

La crise du lait ne semble pas connaître de fin en Tunisie. Les citoyens ont toujours des difficultés à se procurer ce produit, toutes marques confondues, disparu des étals depuis des mois, ou au mieux, s’il est disponible, sa vente est rationnée à un seul pack par client.

Désolant constat de savoir que des centaines de familles, voire plus, sont contraintes de se priver de cet aliment de base, notamment pour les enfants. Situation due à une pénurie qui n’a pas encore dit son nom.

Il faut rappeler que depuis plus d’une année, les autorités ne savent quoi faire pour gérer cette crise, ni prendre des décisions pour contrecarrer la sévère pénurie enregistrée, surtout en 2022. La rupture des produits laitiers revient essentiellement aux dérèglements de l’approvisionnement des producteurs- transformateurs en matière première.

Des pénuries à grande échelle frappent le pays et les Tunisiens  vivent au rythme des carences. Sucre, lait, café, beurre et autres produits de grande consommation font partie des produits les plus manquants dans les rayons des supermarchés. En plus d’une crise socioéconomique qui perdure depuis des années déjà, cette situation pèse lourd sur le moral des citoyens, se sentant impuissants et les poussant parfois à la frénésie et aux manifestations.

​La crise de la filière laitière qui sévit depuis quelques années est due à la baisse de la production, faute de fourrages et en raison de la flambée des prix des matières premières, notamment les aliments de bétail, ce qui a sensiblement impacté l’approvisionnement du marché.

Pour y faire face, les producteurs ont demandé au gouvernement de répercuter les surcoûts sur le consommateur en augmentant les prix du lait. Une demande rejetée vu la sensibilité du produit.

La filière laitière connaît plusieurs problèmes aussi bien au niveau de la production que de la collecte et de la transformation. Cette filière est partagée entre le secteur agricole et celui de l’industrie. Les industriels ainsi que les agriculteurs ont menacé à maintes reprises d’arrêter leur activité tant que ces problèmes ne seront pas résolus par les autorités.  En effet, l’un des problèmes qui se posent avec acuité est celui des prix. Tous les maillons de la chaîne de production et de distribution évoquent ce problème et appellent les autorités  à le résoudre. Les éleveurs et les collecteurs estiment que les prix de vente du lait aux centrales laitières ne couvrent pas les frais de production et ne leur permettent pas de dégager des bénéfices.

Tags

Laisser un commentaire