Un atelier d’échange et de partenariat entre les communes forestières du gouvernorat de Jendouba et 5 communes forestières du Canada  s’est déroulé récemment à Tabarka. Il s’inscrit dans le cadre de la protection des forêts et leur gestion.

L’atelier a été organisé par l’Association tunisienne des eaux et des forêts avec l’appui du Bureau international du travail, dans le cadre de la Semaine forestière tuniso-canadienne. Il s’effectue dans le cadre du processus de décentralisation.

Les municipalités forestières ont besoin d’une attention particulière en raison de leur environnement particulièrement fragile. Sachant que l’initiative pilote pour un développement local intégré (Pdli) concerne 12 municipalités des gouvernorats de Jendouba, Gafsa, Kasserine et Tataouine.

Mondher Bousnina, président de l’Instance de prospective et d’accompagnement du processus de la décentralisation, a observé qu’il est primordial d’assurer la protection du milieu forestier et sa valorisation, ainsi que son inclusion dans le système de développement au niveau local. Cela s’effectue en s’appuyant sur l’économie sociale et en mettant en place des moyens spéciaux et des partenariats avec les composantes de la société civile. Il ne faut pas négliger non plus l’importance du rôle des municipalités dans l’élaboration de projets et de programmes de développement tenant compte des spécificités des forêts. Il faut également prendre en compte le développement d’un système juridique pertinent et adapté à ce contexte particulier. Ainsi, cela permettra de parvenir à vivre avec la nature tout en étant dans le cadre du développement durable.

Pour sa part, Kamel Morjane, ministre de la Fonction publique, de la modernisation de l’administration de la politique publique, a exposé le fait que la région du Nord-Ouest, en particulier Jendouba, est riche de ses ressources naturelles et de la force de ses jeunes. Il a appelé à tirer parti de ces ressources pour ouvrir une nouvelle voie de développement en fournissant des installations aux chercheurs dans le domaine des projets verts.

Quant à Carol McQueen, ambassadrice du Canada en Tunisie, elle a expliqué dans son discours que ce projet est un remarquable partenariat tuniso-canadien dans le domaine de la valorisation des ressources forestières. Il permet de tirer parti de l’expérience canadienne en matière de soutien à la décentralisation, de gestion des ressources forestières et de soutien aux propriétaires de petites entreprises.

Dans son principal objectif, le projet est basé sur l’appui à la création d’emplois décents et l’amélioration des revenus, autour de la réalisation d’infrastructures, la création de valeurs ajoutées locales autour de la valorisation des substances utiles et des richesses locales et l’accompagnement à la maîtrise d’ouvrage des nouvelles communes. La formation dans l’action aura aussi une place importante dans les activités des communes, à tous les niveaux : la communauté, particulièrement les jeunes et les femmes, les équipes communales, le secteur privé (PME), les partenaires régionaux, ou les autres programmes.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire