Le Bureau international du travail (BIT) et ses partenaires lancent de nouveaux projets et initiatives en termes d’autonomisation économique des femmes rurales, de leur employabilité et de développement de l’apprentissage.

Le Bureau international du travail (BIT) a lancé, récemment, trois nouveaux projets et initiatives en Tunisie, et ce, en partenariat avec le ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi (Mfpe) et le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche (Marhp).

Se focalisant sur l’autonomisation économique des femmes rurales, de l’employabilité des femmes et du développement de l’apprentissage, les projets «Afere», «Etofe» et «RVC» compteront sur l’appui des partenaires nationaux du BIT, à savoir le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Mfpe), le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche (Marhp), l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt), l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (Utap), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), la Chambre nationale des femmes chefs d’entreprises (Cnfce) et l’Union nationale de la femme tunisienne (Unft).

Ces projets s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Programme «Pays pour le travail décent» (2017-2022), conclu entre le BIT et les mandants tunisiens en juillet 2017 et qui constitue le cadre stratégique d’intervention du BIT en Tunisie.

Une enveloppe de 2,2 millions de dollars US a été mobilisée par le ministère des Affaires mondiales du Canada pour la réalisation du projet «Appui à l’autonomisation économique des femmes rurales en Tunisie» (Afere).

Impacts multiples

Ce projet ambitionne de contribuer aux efforts nationaux de promotion de l’entrepreneuriat féminin comme l’un des moyens les plus efficaces pour accroître l’égalité et développer une croissance économique inclusive et durable. Cet objectif serait atteint à travers 2 résultats intermédiaires, interdépendants.

Il s’agit d’accroître le nombre des femmes entrepreneures en milieu rural et leurs revenus, et ce, à travers des initiatives de terrain dans les régions rurales des gouvernorats de Nabeul et de Sfax.

Le deuxième objectif consiste à rendre l’écosystème de l’entrepreneuriat plus propice à l’émergence et au développement de femmes entrepreneures rurales. Le projet sera mis en œuvre en étroite coopération avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.

Ce projet vise à améliorer la participation de la femme dans le marché de l’emploi en poursuivant les trois objectifs suivants :

– Réviser les politiques budgétaires, d’investissement et sectorielles dans une perspective d’amélioration de l’emploi des femmes.

– Améliorer les services publics de l’emploi du point de vue genre.

– Appuyer les femmes entrepreneures dans les zones les plus défavorisées pour créer, maintenir et développer des entreprises formelles. Le projet sera mis en œuvre en étroite coopération avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Le projet RVC, «Rendre visible les compétences : améliorer l’orientation professionnelle, l’apprentissage et la reconnaissance des compétences en Tunisie», d’un montant de 1 million de dollars US pour une durée de 12 mois, est financé par le Royaume de Norvège.

Ce projet ambitionne de contribuer aux efforts nationaux liés à la réforme du développement des compétences dans le pays et vise particulièrement les trois objectifs suivants :

– Développer une note stratégique visant à renforcer l’apprentissage et appuyer sa mise en œuvre.

– Valoriser les compétences techniques et professionnelles en passant par la validation des acquis de l’expérience (VAE) et des systèmes de cocertification pilotés par les partenaires sociaux.

– Renforcer les systèmes d’orientation professionnelle pour améliorer les choix de carrière des jeunes et réduire les taux d’abandon scolaire dans le système d’enseignement technique et professionnel tunisien. Le projet sera mis en œuvre en étroite coopération avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Par ailleurs, un système de gestion de l’information pour les projets de coopération technique du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle a été mis en place. Ce système offre un accès en temps réel à l’information succincte et critique concernant les projets de coopération technique du ministère et devrait favoriser la gestion des connaissances, le suivi des progrès, un partage plus efficace de l’information et le renforcement de la prise de décision autour des initiatives et projets de coopération technique. La création de ce système a été conjointement soutenue par le projet Adwa «Faire avancer l’agenda du travail décent en Afrique du Nord» financé par l’Agence suédoise de développement international (Sida) et le projet Edjef «Emplois décents pour les jeunes et les femmes» financé par le Royaume de Norvège.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire