Les vacanciers du dimanche ne se font pas prier pour accoster en posant leurs parasols au bord des innombrables plages du pays. La fraîcheur de l’eau et un joli soleil avec peu ou pas de vent forment le cocktail réussi pour de longues heures de baignade. Profitez-en !

L’été est une courte saison de vacances et de baignades comme dit le dicton en dialecte tunisien : «essif dhif.» Il ne dure en pratique que deux mois relativement courts pour les vacanciers. La haute saison s’étalant de juillet à août. Les premiers baigneurs bien avertis du fait ont alors commencé à affluer sur le littoral depuis le week-end avant-dernier du 22-23 juin 2019 sur les régions côtières pour se rafraîchir abondamment. Les plages du nord de la Tunisie ou du Cap-Bon réputées pour la qualité de l’eau de mer ont été inondées de baigneurs venus apprécier la fraîcheur de l’eau pour « casser » les effets de la chaleur et du soleil d’été. Que ce soit à Ghar el melh, Sonine, Raf-Raf, Bizerte avec l’incontournable adresse des « grottes » ou la corniche en passant par Kélibia, El Haouaria, aucune place n’est désertée. Les derniers jours de Juin ont enregistré des pics de chaleur comme l’a maintes fois annoncé la météo locale atteignant des extrêmes au sud tunisien avec 50 degrés ressentis à Kébili ou Tozeur. Depuis jeudi matin, le mercure a encore grimpé pour atteindre de nouveaux pics à 53 degrés celsius selon la météo ! Qu’attendez-vous pour plonger et faire le grand saut en mer ?
On a sillonné certaines plages notamment celles de Raf-Raf ou Gammarth pour donner un aperçu de l’ambiance joyeuse et bon enfant qui règne sur les plages tunisiennes. Même si la pollution due au manque de propreté ou la saleté de baigneurs sans scrupules n’est pas prête de disparaître de nos plages. C’est le côté sombre des journées de plage avec les risques de noyade. Pour le côté plus clair, on appréciera le festival des marchands à la sauvette. Munis de paniers de petites gourmandises, leur activité connaît une nouvelle ampleur : on y vend toute sorte de nourriture ou presque ce qui n’est pas du tout pour déplaire aux baigneurs. Entre la plage et la piscine, le choix est souvent bien calculé.

Accès piscine ou plage ?
Si certaines familles ont opté pour la piscine à l’accès généralement avec une consommation incluse, la majorité s’est rabattue sur les plages plus légères pour le portefeuille. L’accès piscine dans un club-hôtel à Gammarth vous en coûtera pour trente dinars par adulte et quinze dinars par enfant tout cela sans même une boisson incluse ou consommation. Ce qui n’est pas du tout tentant quand on sait que le club en question est ancien et doit être rénové. Il faut dire que la zone qui comprend une plage accessible attend l’ouverture d’un complexe hôtelier de grande envergure dont les travaux ont débuté il y a deux ans. Alors les autres en profitent pour faire monter les prix comme toujours en pareille circonstance. Le club proposait l’an passé une offre au même prix mais avec un droit de consommation de quinze dinars pour l’adulte et dix dinars pour l’enfant. Une chose qui permettait au moins de s’offrir des pizzas ou des sandwichs avec des boissons sans payer de façon supplémentaire. D’autres hôtels avec de vastes piscines proposent des offres plus alléchantes à Borj Cédria ou Hammamet. Le week-end dernier, un père de famille a profité de l’accès piscine à Hammamet qui propose un tarif unique de quarante dinars pour l’adulte avec un droit de consommation inclus qui considère un montant à moitié offert. Toutefois une famille qui doit se permettre le luxe de payer la bagatelle de cent dinars pour une entrée sèche a finalement décidé de rebrousser chemin vers la plage avoisinante. Il en coûtera quatre fois moins cher même si le confort et le plaisir n’est pas le même. L’expression «sun, sea and fun » qui veut dire en anglais soleil, mer et plaisir résume les trois composantes d’une journée d’été réussie. On y ajoutera la musique d’ambiance, la bonne compagnie, les activités aquatiques… L’essentiel est de profiter du soleil et de l’eau en somme.
 
Joies et délices de la mer
A la mer, le flot des nageurs d’âge et de sexe différents offre un spectacle hétérogène. Les uns s’amusent à s’agripper les uns aux autres pour se balancer et plonger à souhait. D’autres jouent au ballon en faisant du volley. Les tout petits eux restent en bordure de mer avec leurs bouées et brassards sous la supervision de leurs parents qui veillent au grain en accompagnant leur bébé à la mer parfois. Pendant que d’autres barbotent ou s’amusent à faire des pâtés de sable. En fin de journée beaucoup de jeunes se mettent à jouer des parties endiablées de beach-ball avec deux raquettes et une balle ou beach-soccer avec un ballon pour décompresser et libérer l’excès d’énergie qu’ils ont.
Pour ceux qui sont à l’abri du soleil sous leur parasol, ils devraient savoir que les marchands ambulants sont là spécialement pour eux. Les vendeurs déambulent à tour de rôle qui avec des glibettes et kakis, qui avec des cacahuètes et pralinés aux amandes pour satisfaire la clientèle tranquillement installée sous un parasol ou une tente à l’ombre du soleil. L’un d’eux lance à tue-tête «aya el mtabgua diari skhouna tawa jet» en transportant son cageot de pains spéciaux au thon et à l’harissa. À 1.5 D pièce et servie toute chaude, elle régale les familles qui y trouvent là un coupe-faim idéal après une bonne baignade. Il ne manquera pour le coup de faire la promotion de son espace de vente au centre du paisible village de Raf-Raf. Une façon de témoigner de la propreté de sa marchandise. Le poursuivant ne se fait pas attendre trop longtemps avant de débarquer à son tour avec ses provisions en hélant sous un même son de cloche: «aya el cacawiya we ellouze tawa jew». Là aussi un ou deux dinars feront l’affaire pour en avoir. Ensuite c’est tout un défilé qui se poursuit jusqu’à la fin de la journée vers 18 ou 19h. Barbes-à-papa, glaces, pommes d’amour toutes rouges, pop-corns tout y passe pour faire le régal des tout petits. De plus en plus de marchands se débrouillent lors de la saison d’été pour gagner des petits sous sans trop galérer. Hormis cela de nombreuses cabanes sont érigées pour offrir des boissons et des snacks en plus du service de parasol, table et chaises. Le trio indispensable pour s’installer en paix et profiter d’une belle journée de baignade en famille.
La qualité de la mer et le prix consenti diffère selon le choix fait. Sauf qu’à Gammarth par exemple, il faut compter au bas mot 25 ou 30 D pour un accès à la mer de qualité très moyenne car la pollution y règne en maître. Les objets indésirables sont les plastiques, sachets et autres papiers alors que des poubelles sont présentes sur la plage mais pleines à craquer… À Raf Raf vous aurez un bien meilleur plaisir pour tout juste 15 à 20 D. La mer y est sublime et plus transparente et claire. L’été pointe enfin le bout de son nez et il est grand temps de profiter des eaux bleues des plus belles plages de Tunisie notamment dans le gouvernorat de Bizerte : Raf Raf, Aïn Mestir ou Cap Angela. Qu’elles soient réputées ou dans des endroits reculés, il y en a pour tout le monde.
Ce premier week-end de juillet avec le retour à la séance unique et le départ en congé de nombreuses familles connaîtra sans nul doute une forte affluence dans les plages et les hôtels de la Tunisie.

Mohamed Salem KECHICHE

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire