Khaled El Manoubi, ancien doyen et professeur émérite d’économie politique, vient de publier tout récemment son dernier ouvrage intitulé « La révolution silencieuse de la Zitouna »
Le livre se compose de deux chapitres principaux, à savoir une première partie intitulée « Démocratie et révolution » et une seconde partie titrée « la deuxième Tunisie, ce nouveau temple de l’olivier ». Ce nouvel ouvrage aborde le thème de l’arboriculture dans un contexte purement politique. Des dates, des évènements relatifs à des époques précises ont été largement relatés dans les deux grands chapitres du livre.
On peut lire sur le dos du livre, paru en mai dernier, ce petit résumé écrit par l’auteur lui-même ; «l’arboriculture « baali » (sèche) seule peut soustraire le Centre-Sud non désertique à la désertification physique ou humaine. Or, cette même arboriculture est nécessairement le fait d’individus propriétaires, travaillant chez eux là où ils doivent être et installés sur toute l’étendue du pays non désertique. Le plus extraordinaire est que le peuple devenu maître des campagnes l’a fait malgré l’Etat, lequel a explicitement envisagé en 1959 de déporter les agriculteurs du Centre –Sud vers le Nord. Du coup, aucune force au monde ne pourra plus disputer aux enracinés de la verdure créée par la possession effective du pays qui leur sert désormais de maquis agréable à vivre et de source de revenus».
Quant à la page de couverture de l’ouvrage, elle comporte tout simplement une image d’un olivier et en bas de la page, le drapeau tunisien en rouge et en blanc. L’introduction du livre se compose uniquement de deux pages et évoque dans un style léger et très fluide l’histoire du commerce depuis l’antiquité jusqu’à une ère contemporaine tout en prenant la Tunisie et son évolution dans ce domaine comme exemple.
Le texte de l’auteur est bourré de questions afin de pousser le lecteur à trouver lui-même des réponses et à tirer des conclusions. On change de style dans la deuxième partie de l’ouvrage dans laquelle l’écrivain a choisi d’opter pour un type de texte narratif. Le lecteur découvre au fur et à mesure de sa lecture les spécificités de la Tunisie, de l’olivier….
L’ouvrage comporte également de belles illustrations photographiques des oliviers qui ont été prises dans différentes régions du pays , à l’instar de Kairouan, Medenine, Mareth….
Ces 8 pages illustratives ont été prises les 7et 8 février dernier par le professeur principal émérite en physique-chimie Tarek El Manoubi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire