Bien que cela ait déplu à Moez Hassen, auteur d’un grand match du reste, Hamdi Kasraoui a vu juste en incorporant Farouk Ben Mustapha spécialement pour la séance des tirs au but.

S’il y a une chose que nos joueurs doivent apprendre, c’est d’accepter les choix du staff technique. En effet, pour qu’une équipe réussisse, particulièrement dans un tournoi de grande envergure, telle que la CAN, la discipline est impérative.
S’assoir sur le banc des remplaçants et accepter de quitter le terrain quand le staff technique décide d’opérer un changement font partie du jeu. Cela nous amène à parler du geste de Moez Hassen qui a refusé de quitter le terrain à la 120’.
Le quatrième changement a été décidé par Hamdi Kasraoui, l’entraîneur des gardiens, pour qui Farouk Ben Mustapha avec son imposant gabarit (1m93) a le meilleur profil pour garder les bois lors de la séance des tirs au but. Hamdi Kasraoui a vu juste. Farouk Ben Mustapha a arrêté le troisième tir des Ghanéens. Un seul tir arrêté a suffi pour expédier l’équipe de Tunisie aux quarts de finale.
Un arrêt et tout est pardonné pour celui auquel on a imputé la responsabilité du but de l’égalisation de l’Angola lors du premier match du tournoi continental.

Force de caractère et discipline exemplaire
Alain Giresse a été vivement critiqué pour avoir remplacé Farouk Ben Mustapha par Moez Hassen. Les observateurs et les spécialistes estiment que le rang des gardiens doit être respecté et qu’en mettant Farouk Ben Mustapha sur le banc des remplaçants à cause d’une erreur, aussi fatale soit-elle, est injuste envers le joueur, voire destructeur. Sauf que Farouk Ben Mustapha a fait preuve d’une force de caractère et d’une discipline exemplaire, acceptant la sanction du staff technique et travaillant d’arrache-pied aux entraînements. Il a été, surtout, fin prêt à un moment crucial où la sélection nationale a eu besoin de ses services. La Tunisie doit sa qualification aux quarts de finale à Farouk Ben Mustapha. Une belle revanche ! Toutefois, ce gardien au talent certain doit retenir la leçon et faire plus attention à l’avenir. Car le football ne pardonne pas et peut se montrer parfois cruel.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire