L’émotion et l’enchantement, portés par l’une des plus étincelantes musiques de ballet de Tchaïkovski, devraient être au rendez-vous ce soir à partir de 22h00 au Théâtre romain de Carthage.
Une soirée de prestige que celle de l’ouverture de la 55e édition du Festival international de Carthage qui sera assurée par le Ballet Saint-Pétersbourg. «Le Lac des cygnes» est le ballet classique par excellence, celui qui, depuis sa création en 1877, a sans doute connu le plus de représentations et d’entrées au répertoire des plus grandes compagnies à travers le monde.
La version dite «classique» de ce ballet, créée en 1894-1895 par Marius Petipa et Lev Ivanov, est le socle de toutes les versions qui suivront, dont, parmi les plus connues, celle de Rudolf Noureev. L’idée majeure étant toujours la même, celle de l’évolution des formes de l’être humain, devenu cygne par la noire volonté d’un magicien qui joue avec les apparences, et que seul un amour vrai peut libérer de ses entraves. Le chef- d’œuvre de Tchaïkovski et les magnifiques tableaux de danse du Ballet russe dialogueraient parfaitement et subtilement tout au long de ce spectacle.
Le public de Carthage aura droit à un voyage sonore et émotionnel très subtil et apprécierait certainement les mélodies et les pas de deux lumineuses, poétiques, allant du beau au sublime. L’émotion et l’enchantement portés par l’une des plus étincelantes musiques du ballet de Tchaïkovski, devraient être au rendez-vous, donc, ce soir sur la prestigieuse scène du théâtre romain de Carthage à partir de 22h00.

Charger plus d'articles
Charger plus par Ronz NEDIM
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire