Incroyable, mais vrai : l’invasion des moustiques a considérablement faibli, ces derniers jours, ont constaté, à la fois ravis et éberlués, les habitants de la Cité La Gazelle (délégation de Raoued).
Certes, cette invasion n’a pas été totalement maîtrisée, ou définitivement éliminée. Mais entre la situation antérieure et celle qui prévaut actuellement, c’est le jour et la nuit. «Notre calvaire quotidien n’est plus qu’un souvenir de triste mémoire», jubile l’un des résidents de la cité. «Pendant plus d’un mois, indique un autre, les moustiques faisaient la loi et… cavalier seul, nous rendant la vie difficile, pour ne pas dire impossible. Au point que nous avions la nette impression que la municipalité n’existait pas, pour avoir longtemps fait la sourde oreille à notre vague de réclamations et de SOS». Justement, la question se pose : quelle mouche a piqué la mairie de Raoued pour renverser si brillamment la vapeur? Pour répondre, disons que quand on veut, on peut. Et cette mairie l’a effectivement fait. En effet, il s’est avéré que l’Hôtel de ville, sur insistance personnelle de son homme fort Adnène Bouassida dont le suivi était de tous les instants, a consenti des sacrifices pour relever le défi. Et cela en renforçant le matériel roulant existant, en étoffant l’effectif des employés dépendant du service de la propreté, en augmentant les quantités d’insecticides et, enfin, en intensifiant les tournées d’arrosage des différents arrondissements de la commune.
Avouons que cet effort gigantesque est louable, voire exemplaire par rapport à ce qu’on voit dans d’autres municipalités. Reste maintenant à souhaiter que la mairie de Raoued maintienne la pression dans sa «lutte héroïque» contre les moustiques, en se gardant de céder à l’euphorie et à l’autosatisfaction, l’été ne faisant que commencer.
Nomination
Restons à la Cité La Gazelle pour annoncer un remaniement à la tête de son arrondissement municipal, avec la nomination de Mme Jihène Ayari. Haut cadre de l’Etat et représentante du parti «Afek Tounès», elle occupait, jusque-là, le poste de conseiller municipal. Souhaitons-lui bonne chance.
Mohsen ZRIBI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire