ON croyait la polémique ou «la bataille» de l’identité rangée ou gagnée définitivement avec la promulgation de la Constitution.
Malheureusement, les apôtres de la sédition autoproclamés défenseurs exclusifs de l’identité arabo-islamique et, pour être encore plus clair, représentants officiels ou gérants légaux de l’Islam sont revenus à la charge pour rappeler aux Tunisiens qu’ils sont prêts à instrumentaliser à des desseins purement partisans une décision à caractère hautement sécuritaire.
Ainsi, la circulaire relative à l’interdiction du port du niqab dans les administrations publiques a-t-elle meublé, ces derniers jours, certains plateaux TV où les Tunisiens ont retrouvé le discours qu’ils croyaient révolu à jamais, celui de la discorde, de la haine, de la violence verbale et surtout du takfir accusant les autres d’apostasie et de mécréance.
Et les Tunisiens de retrouver des visages qu’ils n’ont pas vus depuis des années, de réécouter des voix qui semblaient étouffées ou tues à jamais et de se trouver de nouveau face à un discours obsolète et à des idées ou des orientations qu’on a déjà rangées dans les tiroirs de l’histoire.
Et quand une chaîne TV ou des radios ou des journaux offrent aux porteurs de ce discours l’opportunité de se faire entendre et aussi de faire taire par la violence et l’intimidation leurs contradicteurs en les taxant d’apostasie exposant, de la sorte, leur vie à tous les dangers, tirer la sonnette d’alarme et appeler à une mobilisation citoyenne anti-takfiriste deviennent un devoir national et un acte urgent.
Il importe, donc, de recadrer le débat dans le but d’éviter les dérapages qui pourraient porter un coup dur à l’une des valeurs cardinales de la révolution et à l’un de ses acquis fondamentaux : la liberté de pensée et d’expression.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • L’édifice en danger

    Après les embouteillages au sortir du Parlement, bloquant des instances constitutionnelles…
  • L’Ugtt revient à la raison

    Au terme de sa dernière commission administrative, réunie jeudi dernier, à trois jours de …
  • Pas avant les élections !

    Par Amel Zaïbi L’ARP a échoué, hier, pour la septième fois, à élire les trois membres rest…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire