Face aux températures extrêmes:  L’agrivoltaïsme, allié des agriculteurs

Parmi les solutions plausibles qui peuvent tempérer les effets néfastes des températures caniculaires sur l’activité agricole, figure l’agrivoltaïsme. Il s’agit d’un concept qui commence à faire florès dans plusieurs pays. Il consiste à réunir production d’électricité photovoltaïque et activité agricole, que ce soit l’élevage d’animaux ou la culture de végétaux.

En ces temps de températures extrêmes, la vigilance est de mise. Quand le mercure s’affole, nul n’est épargné : homme, faune et flore sont tous menacés par la déshydratation. Les risques d’incendie de forêt, de perte de cheptel et d’assèchement des végétaux s’accroissent. Même les arbres les plus résilients, tels que l’olivier, subissent un vrai stress hydrique pouvant conduire à leur mort. Les canicules peuvent, donc, être un désastre écologique, agricole et sanitaire si elles perdurent longtemps.

C’est pourquoi, lorsque les fortes chaleurs s’abattent, les agriculteurs doivent faire attention à leurs exploitations agricoles et veiller au grain tout d’abord, pour prévenir le déclenchement des incendies sur leurs fermes mais aussi pour s’assurer du bien-être des animaux d’élevage qui supportent mal la chaleur. La mauvaise nouvelle, c’est que ces canicules deviennent de plus en plus récurrentes, bien entendu, sous l’effet du changement climatique.

Et l’on doit apprendre à vivre avec cette nouvelle réalité, puisque le monde a clairement échoué à contenir le réchauffement climatique, du moins c’est ce que soulignent les divers rapports sur le climat qui confirment que la lutte contre le changement climatique n’est pas sur la bonne voie.

Parmi les solutions plausibles qui peuvent tempérer les effets néfastes des tempéra

tures caniculaires sur l’activité agricole, figure l’agrivoltaïsme. Il s’agit d’un concept qui commence à faire florès dans plusieurs pays, tels que la Chine, l’Inde, les Etats-Unis, le Canada et d’autres pays européens. Il consiste à réunir production d’électricité photovoltaïque et activité agricole, que ce soit élevage d’animaux ou culture de végétaux.

En effet, il existe plusieurs techniques agrivoltaïques, mais la plus répandue consiste à couvrir les productions agricoles par des panneaux photovoltaïques inclinables et amovibles. Plusieurs études ont été réalisées pour déterminer les bénéfices de l’agrivoltaïsme. Il ressort des résultats que l’ombre produite par l’installation photovoltaïque permet de réduire le stress thermique et hydrique et donc de protéger les cultures contre les températures extrêmes.

Il a été, également, démontré que cette technique réduit l’évapotranspiration, surtout pour les salades dont les besoins en eau peuvent baisser de 30 à 40%. Dans certains pays, les expériences ont montré que les fourrages produits sous des panneaux étaient plus riches en protéines. Le hic, c’est que les panneaux sont suffisamment hauts pour laisser passer les engins agricoles mais aussi parfaitement inclinables et amovibles de façon à gérer la pénétration de la lumière en fonction des besoins des cultures.

Dans certains pays, la filière est en train de se structurer, vu les résultats probants des expériences pilotes qui ont été menées dans ce domaine. En Chine, l’installation d’une centrale agrivoltaïque d’une puissance de 2,2 gigawatts dans la région de Qinghai Gonghe sur une superficie de 609 km2 a permis de réduire la vitesse du vent de 40% et la température ambiante de 0,5% et d’augmenter l’humidité de 2%, ce qui a contribué à améliorer la croissance végétale, la restauration de la biodiversité ainsi qu’à la prévention contre la désertification.

En un mot, ce nouveau concept est un vrai allié des agriculteurs face au changement climatique. En Inde, le gouvernement a identifié les régions où la technique peut être appliquée et a mis en place une batterie de mesures en faveur de cette filière pour inciter les agriculteurs à se lancer dans des projets d’agrivoltaïsme, tels que l’abattement fiscal, l’instauration de lignes de crédits dédiés… Disposant de tous les atouts dans ce domaine, la Tunisie peut développer cette filière. Des projets pilotes peuvent être menés pour identifier les régions, les cultures et les techniques les mieux adaptées pouvant aboutir à des résultats efficaces. Cependant, il est possible que les agriculteurs soient moins réceptifs à l’idée : le secteur agricole souffre de pléthore de problèmes structurels qui s’accumulent d’une année à l’autre et les coûts des installations peuvent être rédhibitoires. Mais l’agrivoltaïsme fait partie de la solution, parce qu’il va permettre à l’agriculteur d’être autosuffisant en énergie tout en améliorant le rendement de ses cultures dans un contexte de stress hydrique.

Laisser un commentaire