En période de basse lactation et de forte demande sur le lait, les centrales laitières, soucieuses de maintenir un rythme de production élevé  sont peu regardantes à la qualité du lait provenant des éleveurs. Or ce dernier pourrait contenir des  germes ou des bactéries  dangereuses pour la santé  des consommateurs


Le président de la chambre régionale  des collecteurs  de lait de Béja Othman Ajroudi vient de jeter un véritable pavé dans la marre   en remettant en cause la qualité du lait industrialisé   estimant que cela pourrait être néfaste pour la santé des consommateurs.

Il a dans ce contexte expliqué, dans une déclaration aux médias,  cette crainte de voir la qualité du lait baisser cette année en raison de la chute de la production laitière et de la demande de plus en élevée des industriels du lait  lesquels, a-t-il remarqué, ferment les yeux  sur la qualité  du lait collecté  pour mieux garantir le fonctionnement de leurs usines.

Ajroudi a  précisé que cette année l’on est sorti de la période de forte lactation sans jamais avoir rencontré le moindre problème d’écoulement de la production  ni de doléances aussi bien  de la part des éleveurs que des collecteurs, tant la demande  sur le lait a été forte  partout dans le pays   pour le Président de la chambre régionale des collecteurs  de lait de Béja.

Actuellement, la chute de la production laitière dans le pays, au demeurant affectée par le phénomène de la contrebande des animaux au niveau des frontières ouest du pays, a  sensiblement  affecté la qualité de la production dès lors que tous les centres de collecte du lait  se montrent peu exigeants  à l’égard des éleveurs qui viennent livrer leur production journalière. En période de basse lactation et de forte demande, en effet, ces centrales laitières, soucieuses de maintenir un rythme de production élevée  sont peu regardantes à la qualité du lait provenant des éleveurs alors que ce dernier pourrait contenir des  germes ou des bactéries  dangereuses pour la santé  des consommateurs, estimant que ce phénomène  est nouveau et représente un danger pour la population.

Il a dans ce contexte préconisé une nouvelle baisse de la qualité du lait au cours des prochaines semaines du fait de la baisse de la production nationale  en cette période  estivale où la verdure commence à manquer. Le président de la chambre régionale a, dans ce contexte, lancé un appel pressant aux autorités pour renforcer le contrôle  sur la production laitière.

Un clin d’œil  en passant aux instances de contrôle de la qualité des produits de consommation!

Jamel Taibi

 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire