Vers la fin de la seconde décade de juillet, Sousse, pour la 4e année consécutive, arborera son festival de musique électronique, érigé depuis plus de deux ans comme l’un des évènements majeurs des scènes électroniques maghrébine et africaine. Le démarrage du Fairground Festival aura lieu les 19 et 20 juillet, à Sidi Bou Ali, une localité située à une dizaine de km du port Kantaoui.

L’évènement ne se veut pas être un rendez-vous de sons électro seulement, l’équipe a, cette année, décidé de promouvoir la culture amazigh, de s’ouvrir sur des activités inédites mais surtout de s’engager écologiquement.
Plus de 8.000 festivaliers tunisiens et étrangers sont attendus à l’Eco-village de Sidi Bou Ali, à Sousse. Pendant 48h, ils profiteront d’un Line–Up musical exceptionnel, d’exhibitions artistiques inédites et d’arts visuels. L’ouverture des portes de ce site écologique exceptionnel en Tunisie est programmé en fin d’après midi, le vendredi du 19 juillet. Les festivaliers pourront camper sur place, louer des dômes, qui ont été épuisés en moins de 2h, depuis leur mise en ligne pour location. En quelques jours, plus de 2500 tickets ont été vendus, à des prix peu abordables, mais présentés dans des formules alléchantes de logement, déplacement, et programme du festival.

Artistiquement décapant 
Dans la première semaine de juillet, l’équipe du festival a fait appel à une poignée de journalistes pour un point de presse pas comme les autres, totalement inédit et à l’image du festival. Toutes et tous se sont donné rendez-vous à Takrouna à Sousse. Le café mythique de ce village berbère situé en haut de la montagne a abrité pendant une après-midi et jusqu’au coucher de soleil un set exceptionnel de «Boti», jeune artiste tunisien, suivi d’un point de presse d’une heure pour dévoiler les dessous du Fairground 2019. 36 artistes tunisiens et internationaux répondront présents, et seront dispatchés sur deux scènes : les festivaliers pourront profiter de 12 live acts. La première scène géante accueillera des pointures de la scène électronique mondiale comme Recondite, DJ Tennis, Artbat, Hvob, Luigi Madonna, Giorgia Angiuli, Animal Picnic, B2B, Marino Canal, Benjemy & Lola, une nouvelle aventure sonore créée par le Tunisien Ahmed Benjemy, Jan Blomqvist, Olivan Pandhora, Tantsui et Shaman. La seconde scène sera consacrée aux artistes tunisiens Hazem Berrebah, DJ Pila, Khaled Mrabet, Lo-Koality, Melkart, Saif Touati, Mahdi Garnaoui, Vodoom, Astrid, Anemoia, Boti, bien entendu, Vulum, Malek Mestiri, Redsea, Hearthug, Saray, Kasbah, Artgate, Bipolair et Mult Not-Lebled. La scène géante qui s’étend sur 300 m2 sera en VG et sera suffisamment équipée pour permettre à des acrobates professionnels, danseurs et performeurs de faire leur show. La seconde scène, minimaliste, plus discrète, intimiste servira de vitrine à nos artistes nationaux de la scène électronique tunisienne, toutes celles et ceux qui font et défont les nuits nocturnes.

De l’électro écolo !
Les chiffres reflètent l’impact positif que peut avoir le Fairground sur l’économie du pays mais surtout sur le secteur touristique : il s’ouvre sur le monde, se veut être qualitatif mais promeut également la région, ses caractéristiques et sa richesse historique. Le Fairground se consacre aussi à la protection de l’environnement et à la lutte contre les déchets sous le slogan «We Go Green». Pour l’équipe et depuis la genèse du festival, faire la fête écolo est une priorité, déclinée en une charte écoresponsable pour un challenge « Zéro déchet ». Cette année, ils en font un objectif primaire en faisant appel à un organisme montant de la société civile connu sous le nom de «Tunisian Campers», formé par un trio de jeunes activistes écolo qui se consacrent à la protection environnemental. Ils sont leaders et pionniers dans la promotion de l’écotourisme et du tourisme sportif. Grâce à leur coopération, ils feront des festivaliers participants des citoyens responsables, et sensibles à la protection de leur environnement. Une occasion de initier à la culture verte, aux réflexes de tous les jours pour sensibiliser à la sauvegarde la nature. Le festival permettra sur ce site d’accueillir 500 campeurs, il sera doté de douches, de WC, de casiers de rangement et de cabines sanitaires. La sécurité est également renforcée. Une «pool side», des séances de yoga et de méditation, le souk des créateurs, une game zone et une zone de détente «chill» à la thématique berbère pour se déconnecter, seront mis en place pour garantir une expérience sensorielle inédite. La scène électronique renait, et s’apprête encore à faire parler d’elle: des évènements comme le retour des « Dunes électroniques» à Tozeur ou «Fabrika», prévu en octobre à Hammamet, sont d’ores et déjà très attendus.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire